L’avortement : une pratique problématique tant antique que contemporaine ?

Que savez-vous réellement de l’avortement ? Mais surtout, que connaissez-vous de cette pratique durant les siècles passés tels que l’Antiquité ? Rien ? Eh bien, suivez-moi et découvrons-le ensemble ! 
L’avortement est le fait d’interrompre volontairement une grossesse. En latin, il est désigné par le terme abortus, dérivé du verbe aborior signifiant « mourir, périr ». Ce terme tire son origine d’orior « se lever, commencer, tirer son origine de » donc « naître ». Cela amène au mot aborto qui veut dire « avorter ».                                                                                                                       
Cette pratique, aujourd’hui répandue et commune dans plusieurs pays, est un sujet polémique amenant à des tensions encore bien présentes de nos jours. Mais qu’en est-il pour l’Antiquité surtout la Rome antique ? L’avortement existait-il à cette époque et si oui soulevait-il le même type de tensions qu’à l’époque contemporaine ?

L’avortement : une pratique féminine répandue ?

Oui, l’avortement tout comme la contraception existaient bel et bien dans l’Antiquité romaine et étaient deux pratiques utilisées par les femmes de cette époque. L’avortement était utilisé pour plusieurs raisons : limiter le nombre d’enfants, supprimer le fruit d’un adultère, ou plus simplement pour maintenir sa beauté. Cependant toutes les femmes pouvaient-elles avoir accès à cette pratique ? La question se pose. Emiel Eyben affirme que les femmes riches pouvaient s’offrir les services de médecins et acheter des abortifs tandis que les femmes moins aisées, de rang moyen voire bas, devaient pratiquer l’avortement elles-mêmes ou se tourner vers des praticiens moins compétents[1]. Pourtant, si l’on regarde les écrits antiques, on remarque que Juvénal, satiriste romain du IIe siècle ap. J-C., avance le contraire aux vers 593-597 de sa Satire VI : « Celles-là du moins acceptent le danger de l’accouchement et toutes les fatigues d’une nourriture : leur pauvreté les y oblige. Mais sur un lit doré on ne voit guère de femmes en couches, tant sont efficaces les pratiques et les drogues qui rendent les femmes stériles et tuent à prix fait les enfants dans le sein de leur mère. » (trad. Pierre de Labriolle et François de Villeneuve). Son avis sur la question est donc clair : si toutes les femmes romaines le pouvaient elles avorteraient ! Cela reste toutefois à nuancer puisqu’il s’agit d’une satire ayant pour thème les femmes. Mais, l’auteur ne reflète pas pour autant la réalité des choses. Si c’était le cas, Rome aurait été dépeuplée ! Cependant, une chose à noter dans cet extrait est que l’auteur mélange contraceptifs et abortifs. A ce propos, Soranos d’Ephèse, médecin grec exerçant à Rome au début du IIe s. ap. J-C., dans son œuvre Traité sur les maladies des femmes (I, 20-22, 59-67) fait bien la distinction entre les deux et donne des conseils pour la contraception puis pour l’avortement.                                            

De nombreuses techniques à disposition

Si l’avortement existait alors quelles méthodes était employées ? Eh bien, plusieurs techniques (bien que très douteuses et parfois peu ragoutantes !) étaient données par les médecins antiques comme sauter et taper les talons contre les fesses pour évacuer la semence ou l’embryon ou encore boire l’eau de la forge utilisée par les forgerons. Soranos conseille de faire de violents mouvements, de porter des choses lourdes, de boire du vin avant les repas, de manger des mets irritants, de boire des boissons diurétiques pour amener aux règles ou encore de faire des saignées (Traité sur les maladies des femmes I, 62-64). Cependant, il existe aussi des abortifs à base de plantes telles que la racine de fougère thélypteris avec du miel, l’asplenum, l’ache et la rue qui rendraient les femmes stériles et causeraient la mort de l’embryon selon Pline l’Ancien (L’Histoire naturelle, XX, 44 et 51 ; XXVII, 17 et 55).

Rue (Ruta graveolens), © Jeffdelonge, CC BY-SA 3.0 http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/, via Wikimedia Commons.
Fougère des marais (Thelypteris palustris), © Agnieszka Kwiecień, Nova, CC BY-SA 3.0 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0, via Wikimedia Commons.

Il existe en plus d’autres moyens comme des potions, fumigations, et infusions. Enfin, le dernier recours était l’opération chirurgicale qui était aussi possible mais déconseillée par Soranos à cause des instruments tranchant risquant de blesser la mère (I, 65). Il est vrai que certaines techniques abortives pouvaient être dangereuses pour la femme enceinte.

Instruments chirurgicaux (Maison du chirurgien, Pompéi), env. IIIe siècle av. J-C., Musée archéologique national de Naples, inv. 11,141. © Giorgio Sommer (1834-1914) via Wikimedia Commons.

Les avis mitigés des Anciens

Donc, l’avortement était pratiqué et des conseils étaient donnés. Mais quels sont les avis des Anciens à ce propos ? Tout le monde l’approuvait-il ou au contraire le condamnait-il ? Les avis étaient en réalité assez divergents. Aristote, philosophe grec du IVe s. av. J-C., estime que si la population dépasse un certain point alors certaines mesures peuvent être prises telles que l’avortement. D’après Aristote, ce dernier doit s’effectuer pendant les premières semaines de grossesses lorsque la mère ne ressent pas de signe de vie chez le fœtus (Politique, VII, 14.10). Aristote (Histoire des animaux, VII 3, 583b ) et d’autres médecins estiment que le délai pour lequel l’avortement n’est plus possible est au 40eme jour pour un garçon et au 90eme pour une fille c’est-à-dire au moment où l’embryon atteint une forme humaine et que les membres et le sexe du foetus sont discernables. Quant aux philosophes stoïciens, ils pensaient que l’embryon était une part de la mère qui ne recevait son âme qu’à la naissance. Donc l’avortement ne pouvait pas être considéré comme un meurtre[2]. Plutarque, auteur du Ier et IIe s. ap. J-C., dans ses Œuvres morales insiste sur le fait que c’est le devoir de toute créature d’aimer et d’élever ses enfants (V, 497).
Malgré les propos philosophiques tenus en faveur de l’avortement, d’un point de vue social, si des jeunes filles célibataires sont violées et se retrouvent enceintes il est attendu de ces dernières qu’elles supportent les conséquences de la grossesse et si besoin qu’elles épousent l’homme responsable de leur situation. Ainsi, même si des femmes célibataires ne sont pas punies pour avoir avorter, la société attend d’elles qu’elles n’aient tout de même pas recours à l’avortement. Enfin, avec le développement du christianisme, à partir du Ier siècle ap. J-C., une nouvelle façon de penser cette pratique apparait. Les chrétiens considéraient le fœtus comme ayant une âme et le droit inaliénable à une existence sur Terre ainsi que la chance d’accepter la grâce et sauver l’âme souillée par le péché originel. Avec cette pensée de l’âme ayant besoin d’être sauvée, l’avortement est vu comme un mal par les auteurs chrétiens. La Doctrine des Apôtres (II, 2), texte datant d’entre la fin du Ier et du début du IIe siècles ap. J-C. et étant le premier document chrétien à mentionner l’avortement, le condamne tout comme la Lettre de Barnabas, Tertullien et de nombreux écrivains plus tardifs. Les chrétiens considéraient l’avortement, une fois que le fœtus était complètement formé (40 jours après la conception), comme le meurtre d’un être vivant ce qui signifie qu’entre 0 et 39 jours l’avortement ne devait pas être considéré comme un meurtre.

Punir l’avortement : une mise en place légale progressive

Juridiquement, dans le Digeste (recueil de lois du Ve siècle ap. J-C. comportant la jurisprudence romaine depuis le IIe siècle av. J-C.), l’enfant qui n’est pas encore né est rarement considéré comme une persona, un être humain défini légalement avec des droits garantis. Il était donc difficile de considérer l’avortement comme un meurtre. Si l’on revient en arrière, sous la République (VIe-Ier siècles av. J-C.), c’était au censeur (magistrat romain dont les charges sont le recensement des citoyens, la surveillance de la levée de l’impôt et la purification du peuple romain incluant le contrôle des mœurs) ou au paterfamilias (chef de famille) d’infliger une punition et de décourager cette pratique. La législation d’Auguste favorisant la fécondité était indirectement contre l’avortement (lois Iulia de 18 av. J-C. et Papia Poppaea de 9 ap. J-C. sanctionnant le célibat, les couples sans enfants et l’adultère). Mais, les premières sanctions légales contre cette pratique apparaissent sous les Sévères atour de 200 ap. J-C. Sous les empereurs Septime Sévère et Caracalla, la femme qui avorte est exilée pour avoir retiré une descendance à son mari. Sous Caracalla, ceux qui vendent des abortifs sont pénalisés : les gens de rang moyen étaient condamnés à travailler dans les mines, tandis que les plus aisés sont exilés sur une île et doivent abandonner une part de leur fortune. La peine de mort est réservée dans les cas où l’avortement a causé la mort de la mère. La vente de ces abortifs était interdite non pas parce qu’ils détruisaient le fœtus ou empêchaient la conception mais parce qu’ils mettaient en danger la vie de la mère qui les utilisait. Ensuite, sous l’empereur Justinien, la législation indique que l’avortement est considéré comme une raison valable pour divorcer car l’espoir du mari d’avoir des enfants est affecté par cet acte. Finalement, l’avortement est considéré comme un crime contre le mari. Une femme célibataire ne peut donc pas être poursuivie pour avoir fait un avortement mais une divorcée peut être envoyée en exil temporaire. Ce n’est donc pas le fait que l’enfant a le droit de vivre qui est défendu ici. Que nenni ! Il n’est protégé que car il perpétue la lignée paternelle ! En effet, avoir des enfants est le but du mariage romain et permet au mari de continuer sa lignée familiale. La loi romaine n’intervient donc que quand les droits du mari et du père et éventuellement la sécurité de la mère (prise de potions…) sont concernés.

L’avortement à l’époque contemporaine : entre opposition et acceptation

Pour ce qui est de notre époque, l’avortement est encore sujet à débats et source de tensions comme le montre les récents évènements. En effet, l’avortement n’est pas une pratique accessible librement et légalement partout. Il est interdit dans environ 18 pays (Salvador, Nicaragua, Surinam, en République dominicaine, Haïti, les îles Palaos, les Philippines, le Gabon, le Congo, Djibouti, la Mauritanie, la Guinée-Bissau, le Sénégal, Madagascar, Malte, Andorre, le Vatican, Saint-Marin). Beaucoup le légalise mais seulement en cas de danger pour la mère et d’autres reviennent sur les critères permettant d’y avoir recours. C’est le cas de la Pologne où le droit à l’avortement a été restreint engendrant des manifestations parfois massives comme celles du 30 octobre 2020 à Varsovie rassemblant environ 100 000 personnes.

Manifestation à Varsovie pour le droit à l’avortement, le 30 octobre 2020.   © REUTERS / Kacper Pempe.

De nos jours, l’avortement est perçu positivement ou négativement en fonction des personnes mais les raisons sont différentes de celles dans l’Antiquité. Les personnes pro-avortement estiment que ce dernier est un droit que la femme doit avoir et que cette dernière peut disposer de son corps librement, lui laissant donc le choix de recourir à cette pratique si elle le souhaite. Les mouvements opposés à l’avortement sont motivés par des raisons religieuses qui peuvent être à l’origine des partis politiques conservateurs interdisant ou restreignant l’avortement comme c’est le cas en Pologne, dans certains états américains comme l’Alabama, ou certains pays latino-américains… Une autre raison motivant le refus de l’avortement est la déclaration du droit à la vie de chaque être. Cette dernière pensée est illustrée par la manifestation ayant eu lieu à Paris le 17 janvier 2021 et rassemblant environ 5 000 personnes protestant contre l’avortement à l’aide de slogans tels que « mon corps, mon choix. Mon corps, mon droit » et « génération pro-vie ». Les manifestants s’exprimaient contre le sort réservé au fœtus après l’avortement en le comparant à un déchet jeté à la poubelle via des expressions telles que « avortement : stop à la culture des déchets » ou « bébé avorté = humain à la poubelle ».

Manifestation contre l’avortement à Paris, le 17 janvier 2021. © GONZALO FUENTES / REUTERS.

De l’Antiquité à aujourd’hui : un statut juridique qui perdure

Ainsi, à notre époque, l’avortement peut être considéré comme une pratique négative car elle tue le fœtus et ne respecte pas son droit à la vie. La façon de considérer le fœtus a changé entre l’Antiquité et aujourd’hui. Dans la Rome antique, il n’était pas considéré comme un être vivant avant un certain stade de grossesse voire avant la naissance. Tandis que de nos jours, il est considéré par beaucoup de personnes comme un être vivant à part entière. Du point de vue légal, l’embryon (organisme en développement de sa création jusqu’à la formation des principaux organes) ou fœtus (stade de développement succédant à l’embryon donc de la fin de la 8e semaine jusqu’à la naissance) n’est pas une personne juridique dans le sens où il n’est pas encore né (vivant et viable). Donc, si le fœtus subi un accident quelconque cela n’est pas considéré comme un meurtre. Cependant, il est tout de même, à un certain point, protégé par la loi. Par exemple, il est interdit de faire des prélèvements sur le fœtus sans l’autorisation de la mère.

Ainsi, l’avortement est une pratique ancienne existante depuis l’Antiquité et menant à des avis divergents encore aujourd’hui. Mais, les raisons motivant une opposition à l’avortement ne sont pas les mêmes en fonction de l’époque. Quant au statut légal du fœtus, ce dernier a changé avec le temps mais garde tout de même des similitudes avec l’Antiquité dans le sens où aux deux périodes le fœtus n’est pas considéré comme une personne avant la naissance.

Aude Gaidamour

Mots-clés : avortement ; antiquité romaine ; genre ; médicine ; loi.

Bibliographie :

– EYBEN Emiel, « Family Planning in Graeco-Roman Antiquity », Ancient Society, n°11/12, 1980, 12.

– SALLARES J. Robert, « Abortion », in Simon Hornblower et Antony Spawforth (dir.), The Oxford Classical Dictionary (3 éd.), Oxford University Press, 2005.

– WATTS W. J., « Ovid, the Law and Roman Society on Abortion », Acta Classica, Vol. 16, 1973, 91.


[1] Emiel Eyben, « Family Planning in Graeco-Roman Antiquity », Ancient Society, n°11/12, 1980, 12.

[2] Emiel Eyben, « Family Planning in Graeco-Roman Antiquity », Ancient Society, n°11/12, 1980, 38.



Citer ce billet
archanalogon (2021, 8 mars). L’avortement : une pratique problématique tant antique que contemporaine ? ANALOGON. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://archanalogon.hypotheses.org/20

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search