Concevoir les suicides féminins : entre vertus et défauts de la société romaine.

Gravure du suicide de Lucrèce par PENCZ Georg, vers 1530.1

La crise du COVID-19 l’a montré : les suicides sont l’expression et la traduction d’un mal-être social2 . Dès la fin de la période de confinement de l’année 2020, une hausse des actes d’automutilation et des tentatives de suicide a été enregistrée, et ce de manière plus accrue chez les adolescentes selon le rapport de l’Observatoire National du Suicide (ONS) de septembre 20223 . Les raisons de ces suicides sont multiples, allant de situations de précarité extrêmes à des violences – physiques ou morales – subies. Le suicide marque à la fois l’expression d’un mal-être personnel, mais trouve également son origine dans des considérations politiques autant que sociales, comme l’a montré Aaron Buschnell, qui s’est immolé à Washington le 25 février 2024 devant l’ambassade israélienne pour appeler au cessez-le-feu en Palestine. 

Le suicide est un geste dérangeant : il s’agit de mettre fin à sa propre vie de façon intentionnelle. Il est dérangeant d’une part parce qu’il remet en question, par sa nature même, les normes sociales établies, mais surtout d’autre part, parce que l’individu ne peut expliquer ses contestations. Quand bien même une lettre de suicide aurait été écrite, elle n’est, bien souvent, pas suffisante à l’explication du geste, qui reste énigmatique4 .

Puisqu’il est en partie social, le prisme du suicide interroge de façon directe l’historien en remettant en question le lien entre individu et société. C’est dans ce cadre que nous avons pensé à l’étude des suicides féminins et de leurs représentations dans l’Antiquité romaine. À une époque où les études sur la construction du genre féminin suscitent un intérêt croissant, il nous paraît indispensable de nous attarder à leurs actions, et ce qu’elles reflètent de la société. Nous avons conscience des débats autour de l’utilisation du mot « suicide » en histoire antique5 . Nous avons néanmoins choisi d’utiliser ce terme afin que les lecteurs comprennent clairement l’acte désigné.

Quels moyens de suicide pour les femmes ?

Loin d’être considérée comme un acte infamant, la mort volontaire n’était entourée d’aucune interdiction ou sanction romaine, que ce soit politique ou religieuse. Les études menées à ce sujet ont établi que les hommes romains se donnaient la mort dans un contexte militaire, lors de batailles6 . Qu’en est-il des femmes ? Et comment ? Les Anciens étaient avares en termes de détails sur les manières dont les femmes ont mis fin à leurs jours dans l’Antiquité. Néanmoins, nous disposons de quelques données sur lesquelles nous appuyer. Toutes les sources utilisées sur lesquelles nous avons basé notre réflexion sont répertoriées dans le tableau présent en Annexe7 . Pour des raisons de limite de taille du billet, nous n’aurons pas le temps de nous attarder sur chacun des suicides mentionnés dans ce tableau. C’est pourquoi nous l’utiliserons surtout pour dégager dans ce premier axe d’analyse des tendances de suicides. Cela signifie que la description ou la représentation de ces actions ne reflète pas nécessairement fidèlement ce qui s’est réellement passé.

Sans grande surprise, nous constatons que l’arme la plus utilisée est le glaive, autrement appelé le fer par nos sources (voir tableau Annexe). Nous avons relevé 5 occurrences sur 10 qui précisent la nature de l’arme, et une occurrence où nous savons qu’il s’agit d’une arme mais nous ne savons pas laquelle. Cette utilisation fréquente trouve son explication dans le premier suicide-modèle de Lucrèce, effectué à l’aide d’une arme blanche8 . Pour rappeler brièvement l’épisode, Lucrèce, jeune épouse vertueuse de Tarquin Collatin, est violée par Sextus Tarquin, le fils du roi Tarquin le Superbe, ce qui entraîne son suicide et la chute de la monarchie romaine au profit de la République. Il n’est pas étonnant que les femmes en aient fait de même pour suivre cet exemple. Il est plus probable que l’inverse soit vrai : l’épisode historico-mythique a pu être reconstitué a posteriori

La pendaison a pu être utilisée par certaines femmes pour se suicider. Dans l’Antiquité romaine, la pendaison était mal vue puisqu’elle constituait un « déshonneur »9 . Sur les deux occurrences dont nous avons trace, penchons-nous sur le cas d’Epicharis10 pour comprendre plus précisément ce qui l’a poussée à produire cet acte maudit. En 65 après J.-C., Epicharis se suicide pour échapper au courroux de Néron, qui la torture afin d’obtenir des informations sur les membres de la conspiration fomentée contre lui. C’est suite à cette torture que notre « héroïne » prend l’initiative de se suicider, afin d’éviter – selon Tacite – de dénoncer d’honnêtes hommes. Elle a sacrifié sa propre vie pour sauver des citoyens romains. C’est en dernier recours qu’elle se pend, ce qui se transcrit dans la description de son suicide. Epicharis en vient à détruire son propre sous-vêtement pour pouvoir confectionner l’arme de sa mort.

Les femmes dans l’Antiquité romaine n’ont pas manqué d’imagination pour réussir à se donner la mort. Certaines sont allées jusqu’à consommer des charbons ardents pour arriver à leurs fins. Nous trouvons deux mentions de ce cas : Porcia et Servilia11 , dont les profils sont assez similaires. Elles ont toutes deux été des femmes de personnages importants, des imperatores, et ont vécu vers la fin de la République, dans une période trouble de guerres civiles et d’instabilité politique. En ce qui concerne Porcia, elle a été mariée à Brutus, défait par Marc-Antoine et Octavien. C’est à la suite de cet épisode que Porcia se suicide ; lorsque son mari meurt à la bataille de Philippe en 42 avant J.-C. Valère Maxime la décrit comme « imitant […] la fin virile de son père »12 . Son père, Caton d’Utique, met fin à ses jours après le franchissement du Rubicon par César, lui étant un partisan de Pompée. Nous étant parvenu grâce à Plutarque, Caton aurait relu à deux reprises le Phédon de Platon suite à quoi il se transperça d’une épée. Ce coup ne lui fût pas fatidique : lorsqu’un médecin souhaita le guérir, il refusa et déchira ses entrailles de ses propres mains13 . Cette association au masculin pour une femme témoigne du degré supérieur de la fidélité de Porcia à sa famille. Valère Maxime cite son histoire comme exemplaire dans la preuve de fidélité. L’image du feu renvoyant à l’amour14 , Porcia se donne la mort dans la symbolique même de l’amour qu’elle porte à son mari. Remarquons ici que la mort coïncide avec une théâtralisation et met la symbolique du feu au centre de la mort volontaire. Si nous considérons un peu plus en détail l’outil de la mort, ce geste a dû être douloureux. Dès lors, Porcia a fait preuve de courage en se donnant la mort dans une dynamique de fidélité à toute épreuve envers son mari. La mort dans ce contexte de fidélité devient également un moyen de réaffirmer son statut d’épouse, perdu par la mort du mari.

Enfin, l’un des derniers moyens de se donner la mort, mais pas des moindres, est de s’ouvrir les veines à l’aide de lames. Nous avons deux cas de ce type de suicide : Paxaea et Antista Pollista. Toutes deux se suicident suite à la perte politique de leur mari et de leur père. Dans le cas d’Antista Pollista – pour lequel Tacite est beaucoup plus enclin à nous fournir des détails15 – il s’agit en réalité d’une scène presque théâtrale de suicide. Antista Pollista ne se suicide pas seule, mais avec son père. Le suicide par ouverture des veines n’est pas anodin puisqu’il induit une grande souffrance de la part des suicidés : ils se voient littéralement mourir et se vider de leur sang. Antista Pollista témoigne d’une fides, la fidélité, sans limite envers son père, envers sa famille. 

Vous l’aurez compris, les suicides féminins sont une réalité et ne sont pas passés sous silence par les Romains dans leurs discours. Nous sommes alors en droit de nous demander : comment sont représentés ces suicides par les Romains ?

Du « mauvais » suicide …

Comme nous pouvions nous y attendre, les Romains ne considéraient pas les suicides de façon manichéenne. Il existe une ambivalence dans la représentation des suicides, et ceux féminins ne font pas exception. La première catégorie de suicides jugée de façon négative par les Anciens sont ceux perpétrés dans le but d’éviter un jugement. Prenons le cas de Plancine, qui se suicide en 33 après J.-C. Épouse du sénateur Caius Calpurnius Piso, Plancine a été associée au complot contre Tibère. D’après ce que nous révèle Tacite, il semblerait qu’elle ait également entretenu des liens étroits avec Agrippine, ce qui n’aurait guère contribué à embellir son image publique. Voici ce qu’écrit Tacite : « Cependant la perte d’Agrippine – fait à peine croyable – entraîna celle de Plancine [ … ] Dès que la haine et la faveur cessèrent, la justice prévalut : en butte à des accusations fondées, elle s’infligea de sa main un châtiment tardif plutôt qu’immérité »16 . Nous n’avons pas de précision quant au moyen de sa mort. Néanmoins, sa mort volontaire apparaît comme un aveu de ses crimes, surtout au regard de ses fréquentations. Ce qui dérange ici est qu’elle ne laisse pas les Romains décider de son sort conformément à la justice romaine, elle se juge elle-même. 

Le second suicide ayant pour but de fuir la justice romaine concerne Poppea Sabina17 . Le jugement apporté à ce suicide est particulier puisqu’il est double. Sans grande surprise, Tacite le condamne parce que Poppea Sabina se juge elle-même. Le second jugement porte sur la raison qui a, en partie, poussé Poppea au suicide : elle a écouté les autres, ce qu’elle n’aurait pas dû faire. C’est un mauvais jugement de la part d’une femme. Sa prise de décision autonome corrobore le fait qu’une femme ne soit pas en capacité de décider seule.

D’autres raisons du suicide ont poussé les Anciens à le représenter négativement. C’est le cas d’une femme se suicidant en 36 après J.-C., sous le règne de Tibère. Tacite le rapporte : elle se suicide suite à un flagrant délit d’adultère avec un esclave18 . L’auteur le note, son comportement n’était pas exemplaire pour une matrone de la société romaine : « elle vivait abhorrée, mais impunie »19 puisque sous la protection de son père, c’est-à-dire que ses actes lui valaient d’être haïe. Pour ne rien arranger, voilà qu’elle trompe son mari (première transgression) avec un esclave (seconde transgression) ! Rien ne pouvait la sauver, et pour cause : le statut d’une matrone est tel, qu’elle ne peut décemment pas avoir une liaison avec quiconque, et encore moins un esclave20 . Sachant bien que son avenir était alors scellé dans la honte et le déshonneur, elle n’aurait pu continuer à vivre sa vie de matrone, et aurait connu une mort sociale. Si le mari trompé n’a pu effectuer sa vengeance de ses propres mains, il n’en demeure pas moins que le suicide de la femme adultère représente une perte moindre pour la société romaine – d’autant plus en considérant que le père pouvait tuer la femme adultère prise en flagrant délit19 . Au contraire, cette matrone donnait un mauvais exemple aux autres femmes. En ce sens, la qualification de « mauvais » suicide pourrait être remise en question et nuancée.

Ce geste ultime, entrepris dans le but de se soustraire à la justice, illustre cette ambivalence qui entoure la considération des actes suicidaires. Il ne concerne pas une femme seule, mais un couple. Selon Cassius Dion, ce couple aurait été condamné en 39 après J.-C. Le mari aurait été l’une des victimes de la cruauté de Caligula, et son épouse aurait été condamnée parce qu’elle a observé des soldats à l’exercice21 . L’ambivalence est ici explicite : il représente un « mauvais » suicide parce qu’ils échappent à la justice romaine. Seulement, cette justice étant corrompue par la cruauté de Caligula, leur suicide conjoint traduit le dysfonctionnement judiciaire romain. En ce sens, il est un « bon » suicide, la marque d’une fidélité à toute épreuve. C’est dans le lien marital, le lien les unissant, qu’ils meurent, et surtout, dans leur propre liberté. La femme se suicide ici pour rester avec son mari, jusque dans la mort.

… Au « bon » suicide.

Si nous prenons uniquement les chiffres, le nombre de suicides que nous pourrions qualifier de « bons » est supérieur aux autres. À bien y réfléchir, cette sur-représentation n’est pas étonnante : l’exceptionnel a sûrement été mis en valeur pour donner des exempla à suivre aux autres femmes.

C’est notamment le cas des suicides effectués par fides, fidélité. Elle s’exprime dans la volonté de se donner la mort, pour suivre un mari ou un père. L’exemple sur lequel nous nous arrêtons maintenant est celui de Calpurnia, en 82 avant J.-C. Sa fidélité envers son mari permet littéralement de racheter les actes de son père : « N’enlevons pas à Calpurnia, fille de Bestia, femme d’Antistius, la gloire que mérite un acte particulièrement noble : quand son mari eut été égorgé, comme je viens de le dire, elle se transperça d’une épée (gladio)22 . Comme elle a ajouté à la gloire et à la renommée de ce dernier ! Maintenant elle brille par l’éclat de son mérite et la mauvaise réputation de son père reste ignorée. »23 Pour être plus précis sur le contexte d’exécution de son mari, Antistius, il a été égorgé en raison d’une suspicion de sympathie pour le parti de Sylla. Cet épisode a été particulièrement sanglant et témoigne de l’horreur des guerres civiles du début du Ier siècle avant J.-C. Calpurnia se suicide face à la condamnation de son mari et donc, dans son statut de femme dévouée à sa famille. Mais ce n’est pas tout, et c’est par ailleurs tout l’intérêt de son suicide : il lui permet de racheter une faute ancienne. Velleius Paterculus fait référence à un évènement précis : le père de Calpurnia aurait trahi Rome en se faisant acheter par Jugurtha à la fin du IIème siècle avant J.-C.24 Calpurnia, en montrant des vertus de matrone dévouée, offre par son suicide une forme de pardon à sa famille. 

L’autre type auquel nous avons pensé est – évidemment – le suicide suite à un viol. Mort décrite par Suétone, Mallonia, noble matrone romaine, se serait suicidée en 37 après J.-C., après avoir été violée par … Tibère25 . Après ce malheur, elle se serait saisie d’un poignard et se serait transpercée. Cet épisode ne fait-il pas appel à un autre évènement similaire ? L’exemple incontournable de Lucrèce, évènement mythique romain, marquant entre autres le passage de la royauté à la République. Le contexte est identique : Mallonia ne pouvait d’une part se permettre ce déshonneur – à la fois familial et personnel – et ne pouvait d’autre part épouser Tibère26 . Tout comme Lucrèce, elle se suicide par le fer. Mallonia fait preuve d’une vertu non négligeable : elle choisit de se donner la mort suite à cet acte infamant. En ce sens, son suicide est un « bon » suicide. L’implication politique dans le suicide de Mallonia nous a amenés à réfléchir à un dernier aspect de ces suicides : pouvons-nous relier ces suicides au contexte civil romain ?  

« Ce n’est pas la société qui éclaire le suicide, c’est le suicide qui éclaire la société »27

Certains des suicides abordés possèdent une plus grande dimension politique que d’autres, puisque directement liés à des figures politiques. Ceci étant dit, nous formulons une hypothèse : les suicides féminins pourraient être révélateurs de « mauvais » dirigeants. Si nous nous penchons un peu plus en détails sur le tableau en annexe, un détail ne vous saute-t-il pas aux yeux ? La majorité des suicides dont nous avons la trace se déroulent entre les années 30 après J.-C. et 39 après J.-C. Chronologiquement, ces dates correspondent à la fin du règne de Tibère et celui de Caligula (37 à 41 après J.-C.), soit un empereur représenté comme cruel voire tyrannique par les Anciens. Reprenons l’exemple de Mallonia cité plus haut : ne se suicide-t-elle pas parce que Tibère est un « olido seni – vieillard puant »28 ? Dans ce cadre de représentation, Tibère n’est autre qu’un homme qui n’a pas sa place à Rome, ou plutôt qui n’a plus sa place à Rome. En effet, les premières années du règne de Tibère ont tendance à être représentées comme de bonnes années de règne, ce qui se dégrade par la suite, lorsque Tibère se laisse aller à la cruauté. Pauline Duchêne apporte l’explication convaincante selon laquelle il fallait justifier, dans un premier temps, le choix d’Auguste de désigner Tibère comme son successeur29 , en 14 après J.-C. Cette différence corrobore de fait notre hypothèse : les suicides féminins dont nous avons la trace à cette période ne débutent qu’en 30 après J.-C., c’est-à-dire vers la fin du règne de Tibère en 37 après J.-C.

Si l’exemple de Mallonia est particulier puisque Tibère y est directement impliqué, penchons-nous sur un autre suicide : celui de Paxaea, femme de Labéon. Son suicide nous est connu grâce à Tacite, qui n’est pas bavard à son sujet et nous apprend seulement que « [Pomponius Labeo] s’ouvrit les veines et répandit son sang ; et son exemple fut suivi par sa femme, Paxaea »30 . Pourquoi Tacite nous précise-t-il la mort de sa femme, que nous pourrions par ailleurs qualifier de « bon » suicide ? Justement, pour en rajouter à l’aspect négatif du règne de Tibère : les bonnes matrones – ici une matrone fidèle – se suicident, Rome perd de bons citoyens. Il nous semble que c’est dans cette logique que sont mobilisés certains des suicides féminins par les Anciens. Nous ne pouvons passer à côté du même phénomène en ce qui concerne le règne du fameux Néron : nous comptons quatre suicides lors de son accession au pouvoir dont les gestes malheureux d’Epicharis et d’Antista Pollista. Pour revenir sur le suicide d’Epicharis, c’est bel et bien sa vertu qui est mise en avant par Tacite, face à la cruauté de Néron : l’auteur ne prend pas la peine de préciser le moyen du suicide de la jeune femme… Tacite mobilise son acte dans le but de noircir le portrait de Néron. 

Nous pensons alors que les « bons » et « mauvais » suicides servent, de manière différente, ces représentations. Comme nous l’avons déjà abordé, les « bons » suicides seraient mobilisés dans le but de montrer que les empereurs jugés négativement provoquent la perte de Romaines bénéfiques à la Ville. Qu’en est-il des « mauvais » suicides ? Justement, ils viennent compléter ce tableau. Là où l’extrême vertu provoque le suicide, l’extrême inverse le provoque également. Echapper à la justice ou à son adultère par le suicide met nécessairement en valeur la faute commise. En somme : la représentation de « bons » et de « mauvais » suicides participe à la peinture d’un tableau sombre et chaotique du règne en cours. Les suicides féminins sont un des miroirs du règne des Empereurs.

Julie Sawezyn

Mots-clés : suicide – femmes – Rome antique – représentation – discours construit

Bibliographie : 

  • BAECHLER Jean, Les suicides, Paris, Hermann, 2009.
  • BAUDELOT Christian et ESTABLET Roger, Suicide, l’envers de notre monde, Paris, Editions Seuil, 2006, p. 16.
  • CANTARELLA Eva, Les peines de mort en Grèce et à Rome, Paris, Albin Michel, 2000. 
  • DUCHÊNE Pauline, « L’élaboration de chaque empereur » dans DUCHÊNE Pauline, Comment écrire sur les empereurs ? Les procédés historiographiques de Tacite et Suétone, Bordeaux, Ausonius Editions, 2022. Disponible en ligne : https://books.openedition.org/ausonius/16103?lang=fr#ftn3 [consulté le 6 mars 2024]
  • DURKHEIM Emile, Le suicide : étude de sociologie, Paris, Presses Universitaires de France, 1990.
  • GIROD Virginie, « Entre la matrone et la prostituée : la femme adultère et la concubine » dans Les femmes et le sexe dans la Rome antique, Paris, Tallandier, 2013, p. 261 à 298.
  • GRISÉ Yolande, « De la fréquence du suicide chez les Romains », Latomus, 1980.
  • MARTIN Eva, intervention lors du colloque « Une société violente ? Enquêtes sur les violences quotidiennes et ordinaires dans l’Italie et la Rome républicaines » du 28-29 septembre 2023 organisé à Nanterre.
  • VAN HOOFF Anton, From Autothanasia to Suicide. Selfkilling in Classical Antiquity, Londres et New York, Routledge, 1990.

Tableau annexe :

NomDateMoyen du suicideContexteSource
Calpurnia82 avant J.-C.gladio, glaiveMourir avec son mariVelleius Paterculus, Histoire romaine, 2, 26, 3.
Porcia, fille de Caton42 avant J.-C.ardentes ore carbones haurire, avaler les charbons incandescentsMourir avec son mariValère Maxime, Des faits et dits mémorables, 4, 6, 5.
Servilia, femme de Lépide30 avant J.-C.vivo igni devorato, en avalant des charbons ardentsDéfaite de LépideVelleius Paterculus, Histoire romaine, 2, 88, 3.
Phoebe2 avant J.-C.suspendio, pendaison?Suétone, Auguste, 65.
Mutilia Prisca30 après J.-C. ἐγχειριδίῳ, glaive?Cassius Dion, Histoire Romaine, 58, 4, 6.
Agrippine la Mère33 après J.-C.Inedia, mort de faimEnferméeSuétone, Vie de Tibère, 53,2.
Munatia Plancina (Plancine)33 après J.-C.?Mort d’AgrippineTacite, Annales, 6, 26, 5.
Paxaea, femme de Labeon34 après J.-C.uenas sanguinem effudit, ouverture de veinesMourir avec son mariTacite, Annales, 6, 29, 1.
Sextia, femme de Scauri34 après J.-C.?Mourir avec son mariTacite, Annales, 6, 29, 7.
Aemilia Lepida36 après J.-C.?Adultère avec un esclaveTacite, Annales, 6, 40, 4.
Antonia37 après J.-C.?Forcée au suicideCassius Dion, Histoire romaine, 59, 3,6.
Conspirante37 après J.-C.Arme, non précisée.Moyen de contestation ?Cassius Dion, Histoire romaine, 59, 27, 4.
Ennia, femme de Macron37 après J.-C.?Forcée au suicideCassius Dion, Histoire romaine, 59, 10, 6.
Mallonia37 après J.-C.ferro, ferAprès un violSuétone, Vie de Tibère, 45.
Cornelia, femme de Calvisi39 après J.-C.?Échapper à un jugementCassius Dion, Histoire romaine, 59, 18, 4.
Poppaea Sabina47 après J.-C.?Poussée au suicideTacite, Annales, 11, 2, 5.
Antista Pollista65 après J.-C.ferro, ferMourir avec son pèreTacite, Annales, 16,11,4.
Epicharis65 après J.-C.?Ne pas céder à la pression de NéronTacite, Annales, 15, 57, 2.
Sextia65 après J.-C.ferro, ferÉviter une peineTacite, Annales, 16,11,4.
Servilia, fille de Barae66 après J.-C.?CondamnationTacite, Annales, 16, 33, 2.


Citer ce billet
archanalogon (2024, 16 avril). Concevoir les suicides féminins : entre vertus et défauts de la société romaine. ANALOGON. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://archanalogon.hypotheses.org/202

  1. PENCZ Georg, Sujet de l’histoire romaine : le suicide de Lucrèce, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques, 8795 LR/ Recto – https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl020539587 – https://collections.louvre.fr/CGU []
  2. DURKHEIM Émile, Le suicide : étude de sociologie, Paris, Presses Universitaires de France, 1990. []
  3. Disponible en ligne : https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/publications-communique-de-presse/rapports/suicide-mesurer-limpact-de-la-crise-sanitaire-liee-au-0 [consulté le 20 février 2024] []
  4. BAECHLER Jean, Les suicides, Paris, Hermann, 2009, p. 127. []
  5. VOISIN Jean-Louis, « Rome, ou le culte de la mort volontaire », L’Histoire, mensuel 189, 1999. []
  6. Références non exhaustives : GUEYE Mariama, « Le suicide dans l’armée romaine sous la République : aut uincere aut emori » dans Troïka. Parcours antiques. Mélanges offert à Michel Woronoff, Vol. 2, Besançon, 2012, p. 253-267 et CAUCHY Damien, Quand la guerre mène au suicide. Étude sur les morts volontaires sous la République romaine, Université de Liège, soutenu en 2021. []
  7. Nous nous sommes notamment basés sur les travaux de : GRISÉ Yolande, « De la fréquence du suicide chez les Romains », Latomus, 1980 et VAN HOOFF Anton, From Autothanasia to Suicide. Selfkilling in Classical Antiquity, Londres et New York, Routledge, 1990. []
  8. TITE-LIVE, Histoire romaine, 1, 58, 11, traduction par BAYET Jean et BAILLET Gaston, Paris, Les Belles Lettres, 2012. []
  9. CANTARELLA Eva, Les peines de mort en Grèce et à Rome, Paris, Albin Michel, 2000, p. 73. []
  10. TACITE, Annales, XV, 57, 2, traduction par WUILLEUMIER Pierre, Paris, Les Belles Lettres, 2003. []
  11. Servilia est la femme de Lépide, qui est progressivement défait de ses fonctions publiques vers la fin des années 30 avant J.-C. L’année 30 avant J.-C. marque la mort d’Antoine, par conséquent le début de l’avènement d’Octavien. []
  12. VALÈRE MAXIME, Faits et dits mémorables, IV, 6, 5, traduction par COMBÈS Robert, Paris, Les Belles Lettres, 1997. []
  13. PLUTARQUE, Caton le Jeune, 67-70, traduction par FLACELIÈRE Robert et CHAMBRY Émilie, Paris, Les Belles Lettres, 2003. []
  14. Ibid, p. 46. []
  15. TACITE, Annales, XVI, 11, 4, traduction par WUILLEUMIER Pierre, Paris, Les Belles Lettres, 2003. []
  16. TACITE, Annales, VI, 26, 3, traduction par WUILLEUMIER Pierre, Paris, Les Belles Lettres, 2003. []
  17. TACITE, Annales, XI, 2, 5, traduction par WUILLEUMIER Pierre, Paris, Les Belles Lettres, 2003. []
  18. Ibid, VI, 40, 4. []
  19. Ibid. [] []
  20. Les esclaves étaient punis plus durement que les citoyens lors des jugements liés à la découverte de ses adultères : GIROD Virginie, « Entre la matrone et la prostituée : la femme adultère et la concubine » dans Les femmes et le sexe dans la Rome antique, Paris, Tallandier, 2013, p. 265. []
  21. CASSIUS DION, Histoire romaine, 59, 18, 4, traduction par CARY Earnest, Londres, Loeb Classical, 2006 [1924]. []
  22. Littéralement donc, le glaive. []
  23. VELLEIUS PATERCULUS, Histoire Romaine, II, XXVI, traduction par HELLEGOUARC’H Joseph, Paris, Les Belles Lettres, 2003. []
  24. SALLUSTE, Guerre de Jugurtha, 29, traduction par ERNOUT Alfred, Paris, Les Belles Lettres, 2003. []
  25. SUÉTONE, Tibère, 45, traduction par AILLOUD Henri, Paris, Les Belles Lettres, 2002. []
  26. Après certains viols, la femme violée et l’agresseur pouvaient se marier, afin de sauver l’honneur de la femme et la faute du Romain (MARTIN Eva, intervention lors du colloque « Une société violente ? Enquêtes sur les violences quotidiennes et ordinaires dans l’Italie et la Rome républicaines » du 28-29 septembre 2023). []
  27. BAUDELOT Christian et ESTABLET Roger, Suicide, l’envers de notre monde, Paris, Editions Seuil, 2006, p. 16. []
  28.  SUÉTONE, Vie de Tibère, 45, traduction par AILLOUD Henri, Paris, Les Belles Lettres, 2002. []
  29. DUCHÊNE Pauline, « L’élaboration de chaque empereur » dans DUCHÊNE Pauline, Comment écrire sur les empereurs ? Les procédés historiographiques de Tacite et Suétone, Bordeaux, Ausonius Editions, 2022. Disponible en ligne : https://books.openedition.org/ausonius/16103?lang=fr#ftn3 [consulté le 6 mars 2024] []
  30. TACITE, Annales, VI, 29, 1, traduction par WUILLEUMIER Pierre, Paris, Les Belles Lettres, 2003. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search