Les femmes et le sport : les Jeux olympiques depuis l’Antiquité

Introduction : Les Jeux olympiques de l’Antiquité à Paris 2024

« Qu’entendons-nous exactement quand nous parlons des Jeux olympiques ? »1. C’est une question que beaucoup se sont posés avant nous, dont Pierre Bourdieu, qui définit ces jeux comme « un spectacle proprement sportif »2. Officiellement, les Jeux olympiques, qui furent rénovés par Pierre de Coubertin depuis 1896, sont une compétition réunissant autant de pays que possible lesquels s’affrontent dans diverses disciplines sportives. Il existe les Jeux d’été et d’hiver, et très bientôt, nous accueillerons les Jeux olympiques 2024 en France, et plus spécifiquement à Paris. Mais avant d’évoquer les Jeux olympiques et la problématique de la participation des femmes, il faut se demander comment définir le sport ? C’est la question que s’est posé Jean-Manuel Roubineau qui remarque une évolution flagrante entre ce que le monde grec a connu, et ce que nous connaissons aujourd’hui3. Le sport est un terme tiré de l’ancien français, emprunté par les Anglais, qui a ensuite été raccourci pour devenir le mot sport. C’est une notion qui renvoie d’une manière très large à une activité destinée aux hommes, notamment dans l’Antiquité. Le terme s’est ouvert à une définition plus restreinte dès les XIXe et XXe siècle, en intégrant quatre critères, à savoir la motricité, la codification, l’institutionnalisation et la compétition. Des critères que nous retrouvions déjà dans le sport antique, en course comme en lutte. Ce qui nous intéresse ici n’est pas de retracer une histoire purement chronologique de ces Jeux. Au contraire, nous interrogerons plutôt une histoire sociale à travers la question de la présence féminine dans ces Jeux. Notre objectif est ici de montrer comment les femmes sont parvenues à trouver leur place aux Jeux olympiques depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours.
De la création des Jeux olympiques à ce que nous connaissons aujourd’hui
Nous retrouvons les traces des origines des célèbres Jeux olympiques dans l’Antiquité. Cette période de l’histoire lointaine regorge de traces de cette compétition internationale aujourd’hui bien connue. Depuis 3 000 ans environ, dans le Péloponnèse, sont organisés des concours sportifs, désignés comme les « Jeux olympiques ». Historiquement, ces Jeux permettent de rassembler les cités-États alors que le monde grec était constamment en guerre. Tandis que les athlètes étaient surtout des soldats, les spectateurs sont des hommes adultes citoyens des cités. Ces Jeux, organisés tous les quatre ans sont donc qualifiés de panhelléniques dès 776 avant J.-C. et célébrés en l’honneur de Zeus. Il existe également les Jeux Pythiques (dès 582 avant J.-C. à Delphes) célébrés en l’honneur d’Apollon ; les Jeux Isthmiques (dès 580 avant J.-C.) célébrés en l’honneur de Poséidon ; et les jeux Néméens (dès 573 avant J.-C.) célébrés en l’honneur de Zeus.
Tiré de : LUNT, David, Athletes, heroes, and the quest for immortality in ancient Greece. Thèse soutenue en mai 2010 sous la direction de Marc Munn, p. 137. Ces Jeux se déroulaient à Olympie, un sanctuaire situé dans le nord-ouest du Péloponnèse, et constituaient en cinq jours de compétition avec de multiples épreuves (courses, sauts, lancers de disque, boxe, lutte, pancrace, courses de chars). Les athlètes étaient nus pour refléter un idéal physique et moral, un parfait équilibre qu’ils incarnent à la vue de tous. Ainsi, les Jeux olympiques sont remis au goût du jour en 1896 par Pierre de Coubertin.

Représentation quantitative des hommes et femmes aux Jeux olympiques

Des chiffres pour illustrer les participations masculines et féminines
L’égalité des genres dans le sport a toujours été un sujet de vive opposition de la part des athlètes et des instances, plus encore à l’approche et lors des Jeux olympiques, compétition internationale de taille. Depuis 1896, Jeux d’Athènes, la participation des femmes n’a cessé d’augmenter de manière considérable4, de quoi promettre un avenir égalitaire entre hommes et femmes pour leur participation aux Jeux. Non seulement, il faut s’intéresser au pourcentage de femmes en comparaison aux hommes, mais également au nombre de sports qu’elles pratiquent. Si des sports tels que le football, la lutte, le basketball et la boxe (entre autres) ont davantage été réservés aux hommes, c’est une réalité qui se modifie assurément au fil du temps. Aujourd’hui, les femmes se sont imposées dans chacun de ces sports, et ce, malgré un nombre d’athlètes encore faible5. Des bourses d’études existent aux États-Unis pour les femmes qui se démarquent dans un sport, et ce, depuis 1966. Des championnats qui leur sont réservés sont également mis en place dès 19816. Tout cela marque une nette avancée des mentalités.
Une exclusion volontaire des femmes ?
Les femmes ont, depuis l’Antiquité, toujours été exclues de cette compétition à plusieurs niveaux. Dans un premier temps, à travers la signification même du culte rendu à Olympie. En effet, nous pouvons faire un parallèle entre l’exclusion des femmes à Olympie et le culte auquel il se rattache. Les Jeux Olympie sont, en effet, dédiés à Zeus, un culte qui écarte les femmes, et est donc réservé aux hommes7. Dans un deuxième temps, elles sont exclues à travers la sélection des athlètes. Les règlements étaient clairs, pour participer aux Jeux, il fallait être un homme, d’origine grecque et libre, ce qui excluait donc les esclaves, Barbares, et les femmes. D’autres conditions s’imposaient aux hommes sélectionnés, et notamment de n’être coupable d’aucun crime, aucun sacrilège et aucune impiété8. Mais quoiqu’il en soit, les femmes n’ont jamais été concernées par ses sélections. Dans un troisième temps, les femmes spectatrices étaient également spécifiquement choisies. La prêtresse de Déméter était l’une des rares personnes à posséder une place assise, et donc une entrée pour assister aux Jeux9. En effet, cette dernière était ainsi favorisée en raison de son statut, puisqu’elle était associée aux femmes mariées, leur rôle maternel et la fertilité des terres de l’agriculture10. Les femmes mariées, quant à elles, étaient strictement interdites de ses Jeux, et ce sous peine de mort11. En effet, les femmes aperçues à Olympie étaient mises à mort au mont Typaion. Toutefois, les parthenoi n’étaient pas interdites de regarder les épreuves, ce qui est toutefois discuté par l’historiographie en raison d’un potentiel contre sens des études se basant sur la lecture de Pausanias12. Toutefois, nous devons mettre en lumière Cynisca, une femme spartiate, sœur de Agésilas, roi spartiate au IVe siècle avant J.-C.13. Elle est avant tout connue pour sa victoire à une course de chevaux14. Par ailleurs, elle est la première femme à gagner une course de chars aux Jeux olympiques15. Nous avons pourtant souligné l’absence des femmes lors des Jeux Panhelléniques, elles qui n’étaient ni autorisées à participer, ni à assister aux compétitions. Cynisca fut l’une des premières à trouver le moyen de contourner cette règle. Car en effet, si les courses de chars et de chevaux étaient réservées aux hommes, celui qui remportait la victoire était, non pas le cavalier, mais le propriétaire du char ou du cheval en question16 . Une subtilité qui a permis à Cynisca (en 396 et 392 avant J.-C.), et d’autres, de faire figurer leurs noms dans le registre des vainqueurs de cette épreuve. Nous connaissons notamment Euryleonis, de Sparte, qui remporte une course de chars près de vingt ans après Cynisca, approximativement vers 368 avant J.-C.17. Avançons maintenant dans le temps, nous sommes en 1915 lorsque Alice Milliat18 est élue à la présidence de la Femina Sport, un club fondé en 1912 (qui, par ailleurs, existe toujours à Paris) qui propose principalement de la gymnastique rythmique et dansée. Alice Milliat profite de sa place à la présidence pour introduire de nouveaux sports masculins. Quatre ans plus tard, en 1919, elle prend la tête de la Fédération des Sociétés Féminine Sportives, une fédération française de clubs sportifs féminins. Elle fait alors la demande pour inscrire des épreuves d’athlétisme féminines aux Jeux olympiques, proposition rejetée par Pierre de Coubertin. Alice Milliat ne s’arrête pas à ce refus et choisit de contourner les règles par la création des premiers Jeux olympiques féminins à Paris en 1922, qui se poursuivent jusqu’en 193419. Ses Jeux sont un succès indéniable, pourtant à l’écart des Jeux masculins.
Les Héraia d’Olympie
Héraia est le nom donné à des courses organisées tous les quatre ans à Olympie. Il est difficile de dater cet événement, qui devait probablement se dérouler plus ou moins en même temps que les Jeux Olympiques20. Ils auraient été crée par Hippodamie, l’épouse de Pélops, le fondateur des Jeux Olympiques21. Ces jeux étaient organisés par le collège des Seize femmes qui tissaient tous les quatre ans le peplos ou la robe de la déesse Héra22. Les Seize Femmes étaient choisies parmi des femmes plus âgées, probablement en raison d’un prestige qu’elles ont gagné au cours de leur vie en étant de bonnes épouses et bonnes mères. Dolores Miron développe l’hypothèse, dans son article, selon laquelle, puisque ses femmes étaient plus âgées, elle avait perdue d’une forme d’importance pour la cité puisqu’il n’était plus nécessaire de contrôler leur sexualité, leur devoir de reproduction pour la cité accomplie23. Ces jeux impliquent les parthenoi, et sont organisés en l’honneur de la déesse Héra, divinité qui protège les femmes et l’institution du mariage, et épouse de Zeus. Les hommes ne participaient pas à ces jeux, mais nous ne savons pas s’ils étaient autorisés ou non à assister à ces jeux, qui prenaient la forme exclusive d’une course24. Les vainqueurs de ses Héraia ont des récompenses et des privilèges qui leur sont accordés. Pausanias évoque notamment des statues qui leur sont dédiées. Nous n’avons toutefois aucune trace de ces statues pour attester ce fait, et ainsi pouvoir établir une liste des vainqueurs, même partielle20.

Le sport comme institution sociale inégalitaire, de la polis à notre société contemporaine

Une étude de cas parmi d’autres : la lutte
La lutte est un élément du pentathlon25, et a lieu le quatrième jour de compétition, dans un stade. Les concurrents sont sélectionnés par tirage au sort et répartis par groupes de deux. L’historiographie antique à ce sujet nous permet aisément de souligner l’importance et l’impact des compétitions de lutte pour ses cités-états. Aussi puissant et fédérateur que le football puisse l’être aujourd’hui, la lutte dans l’Antiquité faisait office d’équivalent26. Parmi les lutteurs les plus connus, se distingue Milon de Croton, un athlète du VIe siècle avant J.-C. et disciple de Pythagore. Ce dernier a remporté sept olympiades entre 540 et 516 avant J.-C., dont une compétition junior en 540, puis des victoires en compétition senior entre 532 et 52627. Cela fait de lui l’un des athlètes les plus victorieux de son temps. La lutte contemporaine se présente sous trois disciplines : la lutte gréco-romaine, la lutte libre et la lutte féminine. Les luttes gréco-romaine et libre évincent délibérément les femmes, et font de cette épreuve un sport typiquement masculin. Quoiqu’il en soit, c’est un sport masculin qui exclut la participation féminine aux compétitions internationales. Ce n’est qu’aux Jeux olympiques de 1896 à Athènes que la lutte apparaît de nouveau comme un sport olympique. Ce qui n’est, pourtant, toujours pas le cas de la lutte féminine. Les femmes s’imposent dans ce sport avec la création de cette troisième discipline : la lutte féminine. C’est à partir de 1971 dans le Nord-Pas-de-Calais que ce sport se diffuse, et ce n’est qu’une quinzaine d’années plus tard, en 1987 que, maintenant ouvert à la participation féminine, il se répand28. Malgré cette première avancée dans l’égalité sportive entre hommes et femmes, la Fédération Internationale des Luttes Associées (FILA) et le Comité International Olympique (CIO) posent leur veto concernant l’officialisation de cette discipline29. Le principal argument se fonde sur le nombre d’athlètes encore trop faible. Les négociations se poursuivent jusqu’en 1996 avec une nouvelle demande d’intégration faite pour les Jeux olympiques, demande réitérée pour les Jeux de Sydney de 200030. Une demande qui n’est acceptée et effective qu’à partir de 2000. De nos jours, la lutte féminine est une discipline présente aux Jeux olympiques, et que nous attendons également pour 2024. Cette discipline fête les 20 ans de son entrée aux Jeux, une fête ridiculement récente en comparaison à la lutte masculine. Nous comptons aujourd’hui des athlètes féminines qui se démarquent, avec notamment le nom bien connu d’Erica Wiebe, une lutteuse canadienne qui fut sacrée championne olympique à Rio en 2016 dans la catégorie des 75kg. Les femmes enfin parviennent à s’imposer dans un sport qui leur était largement refusé depuis ses plus lointaines origines.
Que dit l’absence des femmes et leur inclusion progressive contemporaine sur les situations des cités et pays ?
La politisation du sport nous permet d’interroger l’absence des femmes, ou du moins, leur nombre limité31. Un retour à l’époque archaïque nous incite à souligner une division claire de la répartition des rôles entre hommes et femmes. En effet, nous pouvons notamment reprendre une citation de George Orwell : « Le sport c’est la guerre, les fusils en moins ». De fait, les hommes s’occupent des prises de décisions politiques et militaires, et sont donc chargés de diriger la polis, tandis que les femmes sont destinées à avoir des enfants, les élever – en somme à assurer la reproduction de citoyens – et à s’occuper de la maison (οἶκος)32. À Sparte, les attentes sont différentes. En effet, les femmes doivent s’exercer pour assurer une descendance à la hauteur des idéaux de Sparte, elles doivent construire leurs corps de futures mères33. En outre, les Jeux Olympiques comme les Héraia soulignent les fonctions des hommes et des femmes qui s’opposent, à savoir la guerre et la reproduction, le sport est « un véhicule des hiérarchies sociales »34. Les femmes n’ont donc aucun pouvoir pour s’imposer dans un autre domaine de la cité (politique, économique, militaire). Toutefois, nous pouvons interroger le cas de Cynisca, qui a remporté deux courses de chars. L’historiographie à son sujet s’intéresse avant tout à la manière dont sa victoire olympique a permis à son frère Agésilas de renforcer ses positions politiques et stratégiques dans la Grèce antique35. Elle fut, non seulement, la première femme à figurer sur le registre des récompenses des Jeux, mais également utilisée comme une forme d’instrumentalisation du politique. Cynisca représente ici un exemple parmi d’autres qui permet d’interroger la femme comme une indication précise du développement politique, économique et social d’un pays (ou d’une cité dans le cas présent). Au fil du temps, les médecins se sont penchés sur l’étude du corps des femmes, et ont également eu leur mot à dire sur les pratiques sportives de celles-ci36. Considérées comme faibles et inférieures aux hommes, il leur est déconseillé de pratiquer certains sports pour diverses raisons telles que : favoriser une surveillance accrue de la ceinture abdominale (en lien à la maternité), lutter contre le surmenage pour les préserver, mais surtout en raison des craintes liées la maternité. En 1940, le maréchal Pétain crée le CGEGS (Commissariat Général à l’Éducation Générale et Sportive) qui participe à un « projet de régénération morale et physique de la jeunesse »37. Il y nomme Jean Borotra (1896-1994) comme Premier ministre. Ce dernier était un joueur de tennis qui démissionna de son poste à la CGEGS après deux ans de travail. La direction du service des sports est confiée à Marie-Thérèse Eyquem. Cette dernière travaille en étroite collaboration avec les médecins pour écarter de nombreux sports des activités proposées aux femmes, et notamment les sports de ballon (football, rugby), les sports de combat (boxe, lutte) et les sports de course (course à pied, cyclisme), pour diverses raisons, principalement en lien à la maternité et l’aspect moral de ces sports38. L’absence et l’inclusion progressive des femmes dans les sports dits masculins est donc un marqueur de développement à la fois politique, social, culturel, mais également médical. La nécessité est d’abord de définir cette notion de sport « masculin », qui, dès l’Antiquité, comprend la totalité des disciplines. En effet : « le sport reflète un ordre masculin et, simultanément, contribue à instituer l’idée que seuls les hommes peuvent être de véritables athlètes, condition inaccessible aux femmes »39. Aujourd’hui, cette mentalité a très largement évolué, et permis à cette définition du sport masculin (et de manière générale) de disparaître. Les débats politiques liés au sport féminin permettent d’interroger les mentalités, et retracer le parcours de ces débats depuis l’Antiquité permet de prendre conscience des diverses avancées (encore une fois, politique, sociale, culturelle, et médicale).

Conclusion

Les Jeux olympiques se terminent traditionnellement par une remise de récompenses qui ne varie que de quelques détails de l’Antiquité à nos jours. Si les athlètes contemporains sont récompensés par des médailles d’or, d’argent et de bronze, les cités antiques récompensaient leurs vainqueurs de manière différente en fonction des Jeux. Les Jeux Olympiques étaient récompensés d’une couronne d’olivier sauvage. Le nom des vainqueurs était consigné sur des registres tenus par les magistrats d’Olympie40. Malgré le faible nombre de femmes célèbres dans l’Antiquité, nous découvrons ici que certaines (bien que très peu) sont parvenues à imposer leurs noms sur les registres des vainqueurs, sans pour autant concourir. Au fil des siècles, jusqu’à nos jours, une forme d’égalité entre les sexes s’interroge, et nous remarquons une hausse notable de la participation féminine aux sports proposés aux Jeux olympiques. Si tous les quatre ans, il est prôné aux Jeux olympiques une égalité homme/femme qui s’approche d’une égalité parfaite, ce n’est qu’en 2024 que nous espérons atteindre une participation égalitaire de 50 % de femmes pour 50 % d’hommes.

Léa Joannes

Mots-clés : femmes – sport – représentation – Grèce ancienne

Bibliographie

Sources

ARISTOPHANE, Comédies, III, Paris, Les Belles Lettres, 2002. Texte établi par Victor Coulon et traduit par Hilaire Van Daele.

PAUSANIAS, Description of Greece, III, Londres, Harvard University Press, 1988. Texte traduit en anglais par W. H. S. Jones.

PAUSANIAS, Description de la Grèce, VI, Paris, Les Belles Lettres, 2002. Texte établi par Michel Casevitz, traduit par Jean Pouilloux, commenté par Anne Jacquemin.

PLUTARQUE, Agésilas, VIII, Paris, Les Belles Lettres, 2003. Texte établi et traduit par Robert Flacelière et Emile Chambry.

PLUTARQUE, Lycurgue, I, Paris, Les Belles Lettres, 2003. Texte établi et traduit par Robert Flacelière, Emile Chambry et Marcel Juneaux.

XÉNOPHON, Constitution des Lacédémoniens, Paris, Les Belles Lettres, 2008.

Articles et ouvrages scientifiques

BOURDIEU, Pierre, « Les Jeux olympiques. Programme pour une analyse », Actes de la recherche en sciences sociales, 103, 1994, p. 102-103.

CHRISTESEN, Paul, KYLE, Donald (éd.), A companion to sport and spectacle in greek and roman antiquity, Sussex, Wiley Blackwell, 2014.

DILLON, Matthew; « Did Parthenoi Attend the Olympic Games? Girls and Women Competing, Spectating, and Carrying out Cult Roles at Greek Religious Festivals », Hermes, 128, 4, 2000, p. 457-480.

FINLEY, Moses, PLEKET, Henri Willy, 1 000 ans de Jeux Olympiques. 776 av. J.-C. / 261 ap. J.-C., Paris, Perrin, 2008.

HODKINSON, Stephen (éd.), Sparta. Comparative Approaches, Swansea, The Classical Press of Wales, 2009.

HOWELL, Maxwell, « Réflexions sur la place des sports, des jeux et des activités physiques durant l’Antiquité » dans Jean-Paul Massicotte, Claude Lessard, Histoire du sport de l’Antiquité au XIXe siècle, Québec, Presses de l’Université du Québec, 1984, p. 9-21.

JOMAND, Guillaume, LIOTARD, Philippe, EPRON, Aurélie, « Des femmes, des luttes et des Jeux : normalisation olympique d’une pratique ‘1996-2001) », Staps, 136, 2, 2022, p. 59-80.

MIRON, Dolores, « The Heraia at Olympia », American journal of Ancient History, 3-4, 2007, p. 7-38.

MOURGUES, Elsa, « Comment Alice Milliat a imposé les femmes aux Jeux Olympiques », France              Culture,                                      2024                                                   : https://www.radiofrance.fr/franceculture/comment-alice-milliat-a-impose-les-femmes-aux-jeu x-olympiques-6929857. (Consulté le 21/05/24).

PECOUT, Christophe, « Le sport et l’éducation physique sous l’Occupation : discours et réalités. Le cas du Calvados », Annales de Normandie, 55, 3, 2005, p. 267-276.

POMEROY, Sarah, Sparta, Women, Oxford, University Press, 2022.

ROGGE, Jacques, « L’évolution des Jeux Olympiques. IIIè Conférence mondiale sur la femme et le sport Session plénière : évaluation des principes directeurs. Marrakech, 8 mars 2004 », Confluences Méditerranée, 50, 3, 2004, p. 57-58.

ROUBINEAU, Jean-Manuel, « Le sport, retour en Grèce antique », FranceInter, 27/04/24. URL : Le sport, retour en Grèce antique avec Jean-Manuel Roubineau (radiofrance.fr) [Consulté le 01/06]

ROUBINEAU, Jean-Manuel, « Les deux corps de Milon », dans Jean-Manuel Roubineau, Milon de Crotone. Ou l’invention du sport, Paris, Presses Universitaires de France, 2016, p. 141-169.

SPEARS, Betty, « A Perspective of the History of Women’s Sport in Ancient Greece », Journal of Sport History, 11, 2, 1984, p. 32-47.

TERFOUS, Fatia, « Femmes et activités physiques sous le régime de Vichy : politiques et enjeux médicaux », Genre et Histoire, 21, 2018.

TOSTIVINT, René, « Les jeux olympiques dans l’Antiquité », Bulletin de l’Association Guillaume Budé : Lettres d’humanité, 19, 1960, p. 445-458.

  1. BOURDIEU Pierre, « Les Jeux olympiques. Programme pour une analyse », Actes de la recherche en sciences sociales, 103, 1994, p. 102. []
  2. Ibid. []
  3. ROUBINEAU Jean-Manuel, « Le sport, retour en Grèce antique », FranceInter, 27/04/24. []
  4. Information que l’on retrouve aisément dans une multitude de journaux à l’approche des Jeux Olympiques 2024. De même, une étude plus ancienne présente la hausse de la participation féminine, de 18% en 1980 à Moscou, à 44% en 2004 à Athènes (cf : ROGGE Jacques, « L’évolution des Jeux Olympiques. IIIè Conférence mondiale sur la femme et le sport Session plénière : évaluation des principes directeurs. Marrakech, 8 mars 2004 », Confluences Méditerranée, 50, 3, 2004, p. 57). Aujourd’hui, en vue des Jeux Olympiques 2024 de Paris, la participation se rapproche d’une égalité plus prononcée (source : Franceinfo, 25/04/2023, publié sur le site en ligne). []
  5. Cette hypothèse est notamment développée chez : SPEARS Betty , « A Perspective of the History of Women’s Sport in Ancient Greece », Journal of Sport History, 11, 2, 1984, p. 32. Selon son étude, entre 1950 et 1980, les femmes s’imposent dans six sports différents, tandis que les chiffres augmentent significativement en 1984, avec 16 sports pratiqués. []
  6. SPEARS Betty, « A Perspective of the History of Women’s Sport in Ancient Greece », op. cit, p. 32. []
  7. DILLON Matthew, « Did Parthenoi Attend the Olympic Games? Girls and Women Competing, Spectating, and Carrying out Cult Roles at Greek Religious Festivals », Hermes, 128, 4, 2000, p. 469. []
  8. TOSTIVINT René, « Les jeux olympiques dans l’Antiquité », Bulletin de l’Association Guillaume Budé : Lettres d’humanité, 19, 1960, p. 449. []
  9. PAUSANIAS, Description de la Grèce, VI, 20. 29 ; DILLON Matthew, « Did Parthenoi Attend the Olympic Games? Girls and Women Competing, Spectating, and Carrying out Cult Roles at Greek Religious Festivals », op. cit, p. 457 / 468 ; MIRON Dolores, « The Heraia at Olympia », American journal of Ancient History, 3-4, 2007, p. 8. []
  10. MIRON Dolores, « The Heraia at Olympia », op. cit, p. 37. []
  11. Ibid ; DILLON Matthew, « Did Parthenoi Attend the Olympic Games? Girls and Women Competing, Spectating, and Carrying out Cult Roles at Greek Religious Festivals », op. cit, p. 457 ; CHRISTESEN Paul , KYLE Donald (éd.), A companion to sport and spectacle in greek and roman antiquity, op. cit, p. 266. []
  12. PAUSANIAS, Description de la Grèce, VI, 20. 29 ; DILLON Matthew, « Did Parthenoi Attend the Olympic Games? Girls and Women Competing, Spectating, and Carrying out Cult Roles at Greek Religious Festivals », op. cit, p. 457. []
  13. Elle est dépeinte chez Pausanias comme une femme ambitieuse (cf : PAUSANIAS, Description of Greece, III, 8). []
  14. POMEROY Sarah, Spartan Women, Oxford, University Press, 2022, p. 21 ; p. 158. []
  15. PAUSANIAS, Description of Greece, III, 8. []
  16. TOSTIVINT René, « Les jeux olympiques dans l’Antiquité », op. cit, p. 455. []
  17. PAUSANIAS, Description of Greece, III, 17. 6 / CHRISTESEN Paul, KYLE Donald (éd.), A companion to sport and spectacle in greek and roman antiquity, op. cit, p. 267. []
  18. Alice Milliat (née en 1884 et décédée en 1957 dans l’anonymat le plus total) est une passionnée de sport qui pratique le hockey, football et l’aviron (cf : MOURGUES Elsa, « Comment Alice Milliat a imposé les femmes aux Jeux Olympiques », France Culture, 2024). []
  19. MOURGUES Elsa, « Comment Alice Milliat a imposé les femmes aux Jeux Olympiques », op. cit. []
  20. DILLON Matthew, « Did Parthenoi Attend the Olympic Games? Girls and Women Competing, Spectating, and Carrying out Cult Roles at Greek Religious Festivals », op. cit, p. 461. [] []
  21. MIRON Dolores, « The Heraia at Olympia », op. cit, p. 10. []
  22. Ibid, p. 9. []
  23. Ibid, p. 35 / 37-38. []
  24. MIRON Dolores, « The Heraia at Olympia », op. cit, p. 13. []
  25. Il est intéressant de préciser qu’aucune source antique ne nous renseigne sur un ordre précis des épreuves (cf : FINLEY Moses, PLEKET Henri Willy, 1 000 ans de Jeux Olympiques. 776 av. J.-C. / 261 ap. J.-C., Paris, Perrin, 2008, p. 51). []
  26. En effet, selon René Tostivint : « « La lutte fut toujours un exercice des plus estimés en Grèce, car elle exige tout ensemble de la vigueur, de la souplesse, de la présence d’esprit, et qu’elle met en jeu tous les muscles à la fois » (cf : TOSTIVINT René Tostivint, « Les jeux olympiques dans l’Antiquité », op. cit, p. 453). []
  27. FINLEY Moses, PLEKET Henri Willy, 1 000 ans de Jeux Olympiques. 776 av. J.-C. / 261 ap. J.-C., op. cit, p. 66. []
  28. JOMAND Guillaume, LIOTARD Philippe, EPRON Aurélie, « Des femmes, des luttes et des Jeux : normalisation olympique d’une pratique ‘1996-2001 », Staps, 136, 2, 2022, p. 62. []
  29. L’article dont est tirée cette réalité présente les arguments de Michel Dusson lors d’une intervention, selon lequel « les conditions ne sont pas encore réunies, notamment en ce qui concerne le nombre de nations pouvant présenter des lutteuses en compétition olympique » (cf : JOMAND Guillaume, LIOTARD Philippe, EPRON Aurélie, « Des femmes, des luttes et des Jeux : normalisation olympique d’une pratique ‘1996-2001 », op. cit, p. 66-67). []
  30. JOMAND Guillaume, LIOTARD Philippe, EPRON Aurélie, « Des femmes, des luttes et des Jeux : normalisation olympique d’une pratique ‘1996-2001 », op. cit, p. 66-67. []
  31. SPEARS Betty, « A Perspective of the History of Women’s Sport in Ancient Greece », op. cit, p. 33. []
  32. MIRON Dolores, « The Heraia at Olympia », op. cit, p. 7-8. []
  33. Nous en retrouvons notamment les preuves à l’époque romaine avec les écrits de Plutarque (cf : PLUTARQUE, Lycurgue 14. 2). Mais également dans les écrits de Xénophon (cf : XÉNOPHON, Constitution des Lacédémoniens, 14. 1-4). Enfin, Aristophane nous permet d’attester cette idée de manière comique (cf : ARISTOPHANE, Lysistrata, 78-83). []
  34. Jean-Manuel Roubineau, « Le sport, retour en Grèce antique », op. cit. []
  35. PLUTARQUE, Agésilas, 20. 1 ; HODKINSON Stephen Hodkinson (éd.), Sparta. Comparative Approaches, Swansea, The Classical Press of Wales, 2009, p. 24 ; SPEARS Betty, « A Perspective of the History of Women’s Sport in Ancient Greece », op. cit, p. 43 ; CHRISTESEN Paul, KYLE Donald (éd.), A companion to sport and spectacle in greek and roman antiquity, op. cit, p. 267. []
  36. TERFOUS Fatia, « Femmes et activités physiques sous le régime de Vichy : politiques et enjeux médicaux », Genre et Histoire, 21, 2018. []
  37. PÉCOUT Christophe, « Le sport et l’éducation physique sous l’Occupation : discours et réalités. Le cas du Calvados », Annales de Normandie, 55, 3, 2005, p. 267. []
  38. TERFOUS Fatia, « Femmes et activités physiques sous le régime de Vichy : politiques et enjeux médicaux », op. cit. []
  39. ROUBINEAU Jean-Manuel, « Les deux corps de Milon », dans ROUBINEAU Jean-Manuel, Milon de Crotone. Ou l’invention du sport, Paris, Presses Universitaires de France, 2016. Cette idée est également développée chez MIRON Dolores, « The Heraia at Olympia », op. cit, p. 8. []
  40. TOSTIVINT René, « Les jeux olympiques dans l’Antiquité », op. cit, p. 447. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
archanalogon (11 juin 2024). Les femmes et le sport : les Jeux olympiques depuis l’Antiquité. ANALOGON. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://archanalogon.hypotheses.org/252


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search