La communication du pouvoir : de l’affichage public à l’ère de l’instantané

Page twitter du compte personnel de Donald Trump depuis le 8 janvier 2021. Source : Twitter.com

Le mercredi 6 janvier 2021, de nombreux soutiens du quarante-cinquième président des Etats-Unis d’Amérique, Donald Trump, sont entrés dans le Capitole à Washington D. C. pour perturber la reconnaissance des votes en faveur du nouveau président élu, Joe Biden, par le Congrès américain. Deux jours plus tard, les réseaux sociaux – Twitter en tête – de Donald Trump ont été suspendus suite à son incitation à la violence. Le mandat présidentiel de ce personnage haut en couleur a été fortement marqué par l’usage de cette plateforme pour communiquer quotidiennement. Les journalistes du monde entier étaient davantage suspendus aux derniers tweets de Donald Trump plutôt qu’aux déclarations du porte-parole de la Maison-Blanche. Cette communication de l’instantané s’est aussi, peu à peu, installée en France. De plus en plus de personnalités politiques et diverses institutions ont des comptes officiels qui proposent une information fiable et directe.      

Les moyens de diffusion de cette parole politique sont multiples et ont évolué au fil des époques. Si la presse et la télévision peuvent être considérées par les jeunes d’aujourd’hui comme d’anciennes sources d’informations face aux réseaux sociaux ou internet, elles n’en restent pas moins centrales lors d’évènements majeurs. Cependant, ces nouvelles formes de communication facilitent la circulation de fausses informations (ou fake news). Leur utilisation est de plus en plus populaire à cause de la méfiance des canaux classiques de diffusion d’informations officielles. Malgré tout, l’équilibre d’une communauté réside notamment dans la confiance de ses individus envers la parole de ces gouvernants.    

Depuis l’Antiquité, la diffusion de la parole publique des dirigeants des cités, des royaumes ou des Empires permettait non seulement d’asseoir un certain degré de domination mais aussi et surtout de renforcer les liens entre les habitants d’un même territoire. Les manières dont ils communiquaient avec le reste de la population permet donc de s’interroger sur notre propre relation avec le pouvoir et sa communication.

Dans le monde des cités grecques et des royaumes hellénistiques : une histoire de pierre gravée et de panneaux de bois blanchis

Loi de Gortyne présente in situ sur les murs de l’Odéon de la cité. © Afrank99, CC BY-SA 2.5 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.5, via Wikimedia Commons. Source : Wikimedia Commons contributors, « File:Gortys Law Code.jpg » , Wikimedia Commons. https://commons.wikimedia.org/w/index.php?title=File:Gortys_Law_Code.jpg&oldid=4521830

Depuis l’époque archaïque, l’espace oriental de la Méditerranée est constitué d’une multitude de cités-Etats ou poleis. Bien plus que des espaces géographiques, ce sont des organisations politiques avec des institutions qui votent des lois pour tous les habitants. L’affichage public des textes issus de ces organes politiques apparaissent dès le VIIe siècle av. J.-C. en Crète. La loi de Dréros est le plus ancien texte normatif comportant le terme de « polis » qui dicte des principes d’organisation de la cité en son nom : « La cité a décidé. » (BCH, 1937, 333-338). La loi de Gortyne, du Ve siècle av. J.-C., est un autre exemple, plus complet, d’un code émis par les institutions d’une cité pour ses habitants. La première a été retrouvée dans l’enceinte d’un temple tandis que la seconde était certainement affichée sur les murs du Bouleutérion (salle du conseil) à l’origine, véritables lieux de passages pour accroître le nombre de lecteurs. L’utilisation de la gravure sur la pierre permet donc de figer le texte et d’assurer sa pérennité.        

Les formes écrites des décrets grecs qui nous sont parvenus sont presque toujours sous la forme finale des délibérations. Elles occultent une bonne part de la communication officielle et publique qui est plutôt éphémère. Aristote, au IVe siècle av. J.-C. informe sur cela :         

« Ce sont eux qui inscrivent d’avance toutes les affaires que le Conseil doit traiter, l’ordre du jour de chaque séance et le lieu où il doit siéger. Ils rédigent également l’ordre du jour des assemblées. ».     

Aristote, La constitution des Athéniens, XLIII, 3-4, trad. Georges Mathieu et Bernard Haussoullier. 

La communication politique athénienne met donc en avant toutes les phases du processus institutionnel. La chaîne parlementaire sous forme écrite ! Tout citoyen souhaitant s’informer du fonctionnement de ses institutions politiques pouvait se rendre dans les lieux principaux de la cité (agora, assemblées, grands sanctuaires, …) où les multiples affiches rendaient compte des informations publiques.             

 La loi gymnasiarchique[1] de la cité de Beroia (en Macédoine) souligne la continuité de cet affichage temporaire. Le temps de discussion de la loi est indiqué clairement dans son préambule :

« Le 19 Apellaios ; l’Assemblée ayant été réunie, Zopyros fils d’Amyntas gymnasiarque, Asklépiadès fils d’Héras, Kallippos fils d’Hippostratos ont proposé : […] que dans les cités où il a des gymnases et où l’onction est pratiquée les lois gymnasiarchiques sont déposées dans les archives publiques, il est bon que chez nous aussi il en soit de même et que la loi que nous avons remise aux contrôleurs soit gravée sur une stèle et placée dans le gymnase et (soit) également (déposée) aux archives publiques. […] Il a plu à la cité que la loi gymnasiarchique proposée par Zopyros fils d’Amyntas le gymnasiarque, Asklépiadès fils d’Héras, Kallippos fils d’Hippostratos entre en vigueur et soit déposée aux archives et que les gymnasiarques s’y conforment et qu’elle soit aussi gravée sur une stèle et placée dans le gymnase. Validé le 1er de Péritios. »

EKM 1. Beroia 1 trad. Philippe Gauthier et Miltiadis V. Chatzopoulos

Entre les délibérations de l’Assemblée et la confirmation de la loi, quarante jours s’écoulent – entre le 19 du mois Apellaios et le 1er de Péritios. Durant cette période, la loi était très certainement affichée. De manière générale, elles étaient placardées sur des panneaux de bois blanchis dans les endroits de passages (agora, prytanée, gymnase, théâtre, …) pour informer les citoyens des projets de lois en cours de discussion. Ce genre d’affichage temporaire étaient très courant dans les cités grecques et donc à travers toutes les époques – comme vu précédemment à l’époque classique.

L’époque hellénistique (celle de la loi de Beroia ; IIe siècle av. J.-C.) est marquée par la mise en place de systèmes politiques particuliers. Les cités grecques sont partagées entre une domination plus ou moins forte d’un roi ou d’une cité en particulier qui favorise le développement d’une bureaucratie et d’un recours à l’archivage et un certain degré d’autonomie politique. Le monde hellénistique continue de propager la gravure sur pierre dans le reste du monde égéen bien que les espaces récemment conquis (Egypte ou Syrie) recourent moins à ces pratiques. La loi de Beroia est d’ailleurs l’expression d’un certain degré d’indépendance de la cité face au royaume de Macédoine dans la gestion de ses habitants par des institutions propres.      

L’information dans le monde romain : une diffusion longue et difficile

« Rome ne s’est pas faite en un jour » ! D’une cité perdue dans la Latium, au fil du temps, la ville éternelle a, en effet, réussi à conquérir tout le bassin méditerranéen. De l’Egypte au nord de l’Angleterre, de l’Andalousie aux pourtours de la Mer Noire, l’étendue de l’Empire romain à son apogée suppose une administration forte et une communication politique influente pour asseoir sa domination.         

Au début de la République romaine, les informations officielles étaient peu communiquées à la population. Un premier tournant semble s’opérer vers la fin du IVe siècle av. J.-C. avec la figure de Cnaeus Flavius[2]. Tite-Livre raconte qu’« il dévoila au public le droit des citoyens qui étaient en réserve entre les mains des pontifes, comme au fond d’un sanctuaire ; et pour mettre les citoyens à portée de connaître par eux-mêmes les jours où la religion permettait de vaquer aux procès, il fit placer autour du Forum le tableau des fastes » (Tite-Live, Histoire de Rome depuis sa fondation, IX, 46, trad. Annette Flobert). Ce scribe officiel dévoila donc les calendriers (ou fastes) à toute la population.

Extrait d’un calendrier (Fasti antiates maiores) du Ier siècle av. J.-C. © Patatruc, CC BY-SA 4.0 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0, via Wikimedia Commons. Source : Wikimedia Commons contributors, « File:Fasti Antiates maiores – zoom.jpg », Wikimedia Commons. https://commons.wikimedia.org/w/index.php?title=File:Fasti_Antiates_maiores_-_zoom.jpg&oldid=476349274

La connaissance de l’agencement des jours de l’année peut paraître absurde de nos jours mais en réalité à l’époque, cette information était politiquement très importante. Ceux qui la détenaient jusque-là étaient ceux qui fixaient les jours dédiés aux fêtes religieuses, à la tenue des procès ou aux réunions des assemblées. Connaître ces informations, c’était avoir la main sur la politique de la ville. Donc, leur communication officielle à tous les citoyens permettait de prendre davantage part aux fonctionnements de leur cité. Les calendriers étaient alors affichés sur le forum sous forme de tableaux blanchis ou bien, plus tardivement, gravés dans la pierre.

En plus du calendrier, Tite-Live insiste sur la communication des droits du citoyen. Une série de lois avait déjà été affichée à Rome, la loi des XII Tables[3]. Ce texte a été rédigé sur des plaques de bronze et rendu public au niveau du comitium (assemblée). La nouveauté apportée par Cnaeus Flavius fut de divulguer à tous les citoyens les rouages et les techniques du droit romain de l’époque républicaine. En 59 av. J.-C., Jules César, alors consul, a permis une nouvelle fois de faire progresser la communication de l’information politique. Il a fait publier les comptes rendus de séance du Sénat (Acta senatus). Par ce biais, les citoyens pouvaient prendre connaissance des informations jusque-là tenues secrètes. A la différence des sénatus-consultes qui ne sont que les produits finis et à l’instar des panneaux de bois blanchis grecs, ces informations sont importantes dans le déroulement de la vie politique romaine du point de vue de la « transparence ». Auguste, premier empereur de Rome à partir de 27 av. J.-C., interdit la publication officielle de ces minutes sénatoriales. Un registre était toujours rédigé mais il était systématiquement rangé dans les archives impériales. Sa consultation devait être permise via une autorisation. Grâce au rétablissement de ce secret, Auguste ne laissait plus les Sénateurs en proie aux critiques et à la pression des citoyens. En sacrifiant la transparence, il rangeait les sénateurs de son côté.               

 La diffusion de l’information a pris de grandes proportions dès lors que l’Empire romain s’est agrandi. Les différentes provinces restaient soumises à l’autorité centrale de Rome, bien que les cités qui les composaient jouissaient toujours d’un certain degré d’autonomie. L’affichage publique des lois et des décrets, décidés par le pouvoir central, se retrouvait aussi en dehors de Rome. En Andalousie, dans l’ancienne province sénatoriale de Bétique, ont été découvertes des copies de sénatus-consultes concernant la mort de Germanicus, héritier très populaire de l’empereur Tibère au Ier siècle apr. J.-C. et de son probable assassin, Pison. L’affichage de ces décisions politiques représentait une des prérogatives du gouverneur – représentant officiel de l’Etat romain. La présence de son nom en tête du texte montre sa volonté et son soutien à propos d’une telle décision. Etant aussi le chef des forces militaires provinciales, certaines informations circulaient du gouverneur vers les postes militaires.

Table claudienne, Musée gallo-romain de Fourvière. © Ruthven, CC0, via Wikimedia Commons, Source : Wikimedia Commons contributors, « File:Table claudienne – Musée gallo-romain de Fourvière 2018-10-19.jpg », Wikimedia Commons. https://commons.wikimedia.org/w/index.php?title=File:Table_claudienne_-_Mus%C3%A9e_gallo-romain_de_Fourvi%C3%A8re_2018-10-19.jpg&oldid=513035069

La monumentalisation des décisions participait à l’affirmation de domination des cités de l’Empire. Par exemple, les Res Gestae d’Auguste – son véritable testament politique – étaient affichées dans les provinces. Trois copies ont été retrouvées dans l’actuelle Turquie, une dans la capitale de la province de Galatie, et d’autres dans des cités de moindre importance. La copie d’Ancyra (Ankara) a été gravée dans le temple dédié à Roma et Auguste, gardiens de la cité éternelle. En plus de la décision de l’Etat romain, le gouverneur choisissait un affichage durable. Certains textes, décidés à Rome, se retrouvaient également affichés dans certaines provinces. C’est le cas de la table claudienne, retrouvée à Lyon, qui concernait les Gaules. Ces exemples d’affichages durables marquent la volonté de rendre la parole politique éternelle. Leurs inscriptions dans la pierre ou dans le bronze sont des moyens d’affirmation de la présence romaine.      

Matériel d’écriture romain avec, de gauche à droite, un poinçon (pour écrire et effacer), une tablette de cire, un encrier avec une un porte –plume, un calame (roseau taillé) posé sur le bord et un rouleau de papyrus. Source :  Fresque de Pompéi (numéro d’inventaire 4676) conservée au musée national de Naples.

A côté de la monumentalisation des textes dans la société romaine, la communication politique pouvait être plus restreinte. Les nombreux papyrus d’époque hellénistique et romaine retrouvés sont des témoignages de la paperasse administrative déjà bien présente à cette période. Le cursus publicus est un véritable relais postal terrestre. A travers toutes les phases de conquêtes, Rome a assuré sa domination via la terre et les routes. Ainsi, la communication officielle s’est naturellement installée sur les routes bien que les voyages maritimes et fluviaux étaient nécessaires dans un empire si vaste. Avant les réformes d’Auguste, plusieurs esclaves ou affranchis se relayaient au frais des cités traversées. L’empereur a instauré un système où une seule personne était détentrice de la lettre à transmettre. Même si les liaisons commerciales – les vrais réseaux sociaux de l’époque – permettaient de faire circuler des rumeurs, la communication officielle sous l’Empire pouvait prendre plus de temps. La diffusion de ces informations officielles pouvait être très longue en fonction des lieux et des saisons[4]. Le fonctionnement même de l’Empire permettait donc aux provinces d’être suffisamment autonomes.

L’oralité jamais loin de l’écrit

Néanmoins, les sociétés anciennes n’étaient pas fondées principalement sur l’écrit. L’usage de l’oralité restait le plus courant. Les historiens débattent toujours pour tenter de retracer les degrés d’alphabétisation des populations anciennes. L’oralité était aussi largement employée par le biais de crieur public et de personnes qui lisaient pour d’autres les écrits officiels.      

Présents déjà chez Homère, les hérauts sont les porteurs officiels de la parole publique des dirigeants ou des cités. Dans l’Iliade, Agamemnon[5] envoie deux hérauts dans la tente d’Achille pour lui prendre Briséis[6]. Cette communication officielle entre les cités se retrouve aussi dans un contexte militaire à travers la figure des ambassadeurs. « La terre et l’eau » sont des éléments essentiels de la vie d’une cité grecque. Durant les guerres médiques, c’est par cette formule que les hérauts perses se rendaient dans les cités de la mer Egée pour demander leur soumission. Les Spartiates ont tué ces ambassadeurs en 491 bien que ce soient des individus protégés. Au-delà de l’anecdote, c’est toute l’importance du rituel de la communication officielle qui est mis en avant.

L’usage de l’oralité se retrouve également dans l’Empire romain avec la transmission d’informations par le cursus publicus. Les affranchis ou les esclaves qui apportent une lettre à un gouverneur de province ou à Rome peuvent apporter des informations supplémentaires tout aussi importantes.

Donc, les moyens officiels de communication dans les sociétés grecques et romaines se présentent sous la forme écrite, même si l’oral reste toujours présent. La diffusion de cette parole politique était gravée sur la pierre et dans le bronze dans le but de la pérenniser ou bien par des biais plus temporaires pour témoigner du fonctionnement des institutions en toute transparence. Alors que ces médias permettent d’assurer une parole contrôlée, aujourd’hui, la place des réseaux sociaux remet en cause la fiabilité de la parole publique. Conjointement aux formes écrites, la communication officielle du pouvoir s’exprime, aujourd’hui comme hier, par des images. Mais ça, c’est une autre histoire…

Lucas Decraene

Mots-clés : Communication – Pouvoir – Grèce – Rome – Histoire politique

Pour aller plus loin :

– ACHARD, Guy, La communication à Rome, Paris, Les Belles Lettres, 2006.

– CORBIER, Mireille, Donner à voir, donner à lire. Mémoire et communication dans la Rome ancienne, Paris, Editions du CNRS, 2006.

– ANDREAU, Jean et VIRLOUVET, Catherine (dir.), L’information et la mer dans le monde antique, Rome, Ecole française de Rome, 2002.

– CAPDETREY, Laurent et NELIS-CLEMENT, Jocelyne (dir.), La circulation de l’information dans les Etats antiques, Pessac, Ausonius, 2006.

– BRESSON, Alain, COCULA Anne-Marie et PEBARTHE, Christophe (dir.), L’écriture publique du pouvoir, Pessac, Ausonius, 2005.

– HURLET, Frédéric (dir.), Rome et l’Occident. Gouverner l’Empire (IIe siècle av. J.-C. – IIe siècle ap. J.-C.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.


[1] Loi relative au fonctionnement du gymnase dirigé par le gymnasiarque, magistrat de la cité.

[2] Fils d’un affranchi, principalement connu pour être secrétaire d’Appius Claudius Caecus, magistrat de Rome du IVe siècle av. J.-C. qui réalisa plusieurs réformes importantes pour la Ville.

[3] Loi du Ve siècle av. J.-C. considérée comme le premier corpus rédigé de lois romaines. Elle concerne le droit privé relatif à la famille, aux biens, aux délits et aux crimes.

[4] Pour se donner une idée des temps de trajet sur des plus ou moins longues distances, l’université de Stanford (Californie – Etats-Unis) a mis en ligne un site web (en anglais) permettant de se donner une idée très précise des temps de trajets mais aussi des coûts et des ressources nécessaires pour voyager aux alentours du IIe siècle apr. J.-C. Son accès est libre via l’adresse suivante : https://orbis.stanford.edu/

[5] Roi de Mycène, commandant de l’armée achéenne durant la guerre de Troie envoyée pour récupérer Hélène, femme de son frère, Ménélas, roi de Sparte.

[6] Captive troyenne d’Achille (héros troyen) durant la guerre de Troie. Elle fut prise par Agamemnon qui avait dû relâcher sa propre captive pour vaincre la peste sévissant dans le camp achéen. La colère d’Achille engendrée par cet évènement marque le commencement du récit d’Homère.



Citer ce billet
archanalogon (2021, 22 mars). La communication du pouvoir : de l’affichage public à l’ère de l’instantané. ANALOGON. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://archanalogon.hypotheses.org/32

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search