Représentations du handicap dans la Grèce ancienne

Skyphos (vase à boire) à figures rouges représentant un satyre unijambiste, peintre du Primato, IVème siècle av. J-C, musée du Louvre, © RMN-Grand Palais.
https://www.photo.rmn.fr/archive/92-001077-2C6NU0HNRGOH.html

650 millions. C’est le nombre de personnes souffrant d’un handicap dans le monde[1]. Cela représente pas moins de 10% de la population mondiale, avec une augmentation continue chaque année.

Mais au fait, qu’est-ce que le « handicap » ? Sa définition officielle varie toutefois son sens général reste le même : il s’agit de la désignation d’une incapacité (plus ou moins lourde selon les cas) d’un individu, limitant certaines de ses actions ou activités. Le handicap concerne aussi bien les afflictions physiques (la boiterie, la perte d’un membre, la malformation …) que mentales (trisomie) et psychiques (schizophrénie, bipolarité …).

Le handicap : un sujet d’actualité

Aujourd’hui, la situation aussi bien sociale qu’économique des personnes souffrant de handicap est précaire. Les individus handicapés sont victimes de préjugés, et donc lésés par rapport à l’autre frange de la population. En effet, les personnes en situation de handicap sont plus durement touchées par le chômage (80% dans certains pays), plus sujettes à la violence et à la discrimination, à la mortalité infantile, à l’analphabétisme, à la pauvreté …

Cette situation s’explique notamment par le regard que nos sociétés contemporaines portent sur les individus handicapés. Ces derniers sont souvent perçus comme un triple poids : un poids financier tout d’abord puisque ceux-ci nécessitent un aménagement du territoire pour accueillir des structures particulières leurs étant réservés, un poids économique ensuite puisqu’ils sont souvent jugés comme inaptes au travail donc ne pouvant pas participer activement au développement de l’économie du pays, un poids social enfin puisque la partie de la population dite « saine » considère avec dégoût et rejet les personnes handicapés en les excluant de la vie sociale. En outre, les États eux-mêmes apparaissent souvent comme désintéressés et inactifs face à cette situation[2]. Preuve du degré de déconsidération, peu de lois concernent spécifiquement les personnes ayant un handicap[3]. Par conséquent, la discrimination envers le handicap est plutôt répandue et peu combattue dans nos sociétés.

Ce comportement envers le handicap est-il propre à notre époque (le fameux « c’était mieux avant ») ? Loin de considérer l’histoire de l’humanité, pour répondre à cette question, je me focaliserai sur les sociétés de l’Antiquité grecque, du IXème siècle au Ier siècle avant notre ère.

L’infirmité, source de tous les maux dans la mythologie …

Notre analyse prend comme point de départ la mythologie grecque. En effet, l’ensemble de ces mythes est une transposition et donc un aperçu des idées et un discours sur les comportements des Grecs dans l’Antiquité.

Les personnages infirmes dans la mythologie grecque ne sont pas légion mais il en existe certains avec des rôles importants. Le plus célèbre d’entre eux est Héphaïstos.

Détail d’une hydrie représentant Héphaïstos chevauchant un équidé sous les traits d’un jeune garçon avec les pieds retournés, auteur inconnu, VIème siècle av. J-C, Vienne, Kunsthistorisches Museum 3577 © Kunsthistorisches Museum, Vienne.
https://www.khm.at/objektdb/detail/56546

Ce dernier est un dieu (du feu, des arts et des techniques) très important du panthéon grec (il fait partie des douze dieux Olympiens). Quoique dieu, il présente une infirmité au niveau des jambes[4]. Cela lui confère un aspect physique général bancal et grossier (le haut de son corps difforme compense la faiblesse de sa partie inférieure), et une démarche gauche avec une boiterie accentuée. Dans les mythes où il apparait, il est souvent en marge des autres dieux en ne tenant qu’un rôle mineur, et il semble inspirer le dégoût et la moquerie de la part de son entourage. En témoigne un épisode dans l’Iliade d’Homère, où Héphaïstos occupe la place de l’échanson (généralement un beau jeune homme) au banquet des autres dieux[5]. Ces derniers se moquent de lui en s’esclaffant de manière grossière et insultante. Cette humiliation est due précisément au spectacle comique qui s’offrent aux dieux : Héphaïstos tentant de servir convenablement les convives sans renverser le nectar, s’essouffle en effectuant quelques pas. C’est précisément son handicap physique qui suscite le rire des dieux à l’origine de cette situation pitoyable pour le dieu forgeron. Cette infirmité l’empêche de participer au banquet avec les autres Olympiens aussi bien physiquement que socialement. En bref, son handicap l’enferme dans une dimension comique et bouffonne à travers les mythes.

Le mépris qu’expriment les autres divinités à son égard semble traduire les idées des Grecs concernant le handicap. Celui-ci paraît être un facteur d’exclusion sociale. Par exemple, dans l’Odyssée, Héphaïstos lui-même justifie son infériorité et son rejet par les autres dieux, et exprime son dégoût de sa propre personne, allant même jusqu’à remettre en cause la légitimité de sa naissance[6]. Son infirmité fait de lui un monstre aux yeux de tous. Mention spéciale à Déméter (déesse de l’agriculture) qui s’effondre en sanglots et est épouvantée à l’idée que sa fille Perséphone soit mariée à Héphaïstos, pour elle le pire des dieux[7]. Encore une fois, le fait que ce dieu soit boiteux et malformé renvoie une image négative, occasionnant la colère et la moquerie des autres dieux. Cette situation tend néanmoins à se normaliser, puisque Héphaïstos lui-même, en plus d’être victime de cette discrimination, semble comprendre et tolérer les motivations et comportements des autres divinités. Par ce fait, il donne une légitimité à ce comportement envers les êtres infirmes, ce qui traduit donc l’état d’esprit et la forme des relations que les Grecs adoptent au sein de leurs propres cités envers les humains handicapés. Cependant, Héphaïstos est un dieu, un dieu laid, mais un dieu. Son statut comme modèle de handicapé est donc particulier.

Enfin, mentionnons d’autres personnages infirmes présents dans les mythes. On peut citer en premier lieu Œdipe, dont le nom signifie littéralement « pieds gonflés » ou « pieds troués ». Il souffre en fait d’une infirmité au niveau des pieds suite à l’abandon qu’il a subi enfant, en étant attaché par les pieds à un arbre. Œdipe est célèbre pour avoir eu un destin particulièrement cruel (il a tué son père et épousé sa mère[8]). Encore une fois le fait que ce soit un personnage infirme qui rencontre ce destin n’est pas anodin. Comme nous le verrons plus tard, le handicap est interprété comme le signe d’une malédiction par les Grecs, d’où le terrible destin qui frappe Œdipe. Autre exemple, Thersite, un guerrier participant à la guerre de Troie dans l’Iliade. Ce dernier est décrit comme particulièrement laid et complétement difforme[9]. Ses différentes malformations le rendent boiteux et monstrueux. En outre, son aspect physique repoussant est complété par un esprit particulièrement vicieux et mauvais : il conteste l’autorité, sème le trouble, et se rend coupable de lâcheté. Ainsi, son enveloppe corporelle est associée à la représentation physique de son âme : monstrueuse, difforme, inhumaine. Le handicap semble donc caractériser les personnes ayant de mauvaises intentions, un affront aux valeurs morales  et aristocratiques transmises par la société grecque.

Pour preuve, dans un autre mythe, Périphétès est un brigand boiteux particulièrement sadique, qui rencontre Thésée[10]. Périphétès est désigné comme le fils d’Héphaïstos. Cela indique que le handicap d’Héphaïstos est héréditaire, comme semble l’être donc pour les Grecs, l’infirmité. En témoigne encore le personnage de Palémonios, un Argonaute qui est décrit comme étant boiteux et fils d’Héphaïstos[11]. À l’inverse de Périphétès, Palémonios ne semble pas moralement mauvais. Cependant, l’auteur précise bien que c’est grâce à sa valeur que ce personnage handicapé s’est élevé au-dessus de son infirmité. Ainsi, les insultes et moqueries qui sont monnaie courante face à un être handicapé, peuvent être réduits au silence si l’individu se montre digne à travers d’autres valeurs morales et comportementales (force, courage …). Ici, Palémonios est suffisamment valeureux et courageux pour faire partie de l’équipage des Argonautes.

Tout ceci nous permet de souligner deux choses : d’une part le handicap est mal perçu par les Grecs dans l’Antiquité, la société excluant l’individu concerné et l’humiliant par des moqueries et insultes ; d’autre part, bien que le handicap soit un facteur négatif, il peut être transcendé par la valeur d’un individu. Donc la mauvaise condition induite par l’infirmité n’est pas totalement irréversible.

… avec des exceptions remarquables !

Cependant, la vision du handicap pour les Grecs est plus complexe et ambiguë qu’il n’y parait de prime abord, aussi bien dans la mythologie que dans la réalité. Nous venons de voir que l’infirmité a souvent un rôle négatif dans les mythes. Pourtant, il existe des contre-exemples à cette idée.

La cécité semble être un handicap des plus « bénéfiques » dans les mythes. En effet, de nombreux devins et aèdes (poètes grecs) sont aveugles. On peut prendre pour exemple le devin Tirésias. Ce dernier vit par mégarde Athéna nue et, frappé par le courroux de la déesse, perdit la vue[12]. Dès lors, cet homme commença à prédire le futur et devint un devin célèbre de la Grèce. Il est consulté par de nombreux héros, donc le plus célèbre est Œdipe. Le cas de Tirésias n’est pas anodin. Il nous transmet une partie de la vision des Grecs sur le handicap, interprété comme une sorte de « bénédiction ». En effet, Tirésias est, certes, aveugle au monde des hommes, mais cette faculté lui permet de voir d’autres mondes hors de portée des humains. Il peut ainsi entrer en communication avec des divinités et devenir un intermédiaire entre hommes et dieux. Dans ce cas précis, son infirmité perd son aspect négatif et devient même positive puisque Tirésias accroît ses facultés humaines. Son handicap l’exclut certes du monde des hommes mais il est admiré et écouté, et non pas moqué et méprisé.

Si l’on persévère dans notre idée, on peut remarquer que d’autres personnages souffrent d’une cécité « bénéfique ». Dans l’Odyssée par exemple, Démodocos est un aède grec aveugle qui vient conter des histoires à Ulysse[13]. Son handicap s’explique par le fait que cela lui permet de communiquer avec les Muses (déesses des arts comme la musique, la poésie …) et donc d’être inspiré par elles. Tout ceci fait de lui un formidable poète, qui réussit à capter l’attention des gens. La perte de la vue est donc couramment associée aux poètes et musiciens grecs. Homère, auteur de l’Iliade et de l’Odyssée (on ignore s’il a réellement existé), est constamment représenté comme un homme non-voyant, symbole là encore de son talent pour conter des mythes. Par conséquent, le handicap peut être valorisée et une contrepartie pour acquérir un pouvoir plus grand, notamment pour être inspiré par des divinités et créer des récits fabuleux.

Buste d’Homère aveugle, auteur inconnu, IIème siècle ap. J-C, musée du Louvre, © Dist. RMN-Grand Palais.
https://www.photo.rmn.fr/archive/13-555806-2C6NU054A8VI.html

Une réalité grecque à l’image des mythes.

Désormais arrêtons-nous concrètement sur la vision et les idées des Grecs sur le handicap dans leurs cités. Là encore, comme pour la mythologie, on peut remarquer une relation ambiguë avec le handicap.

En effet, pour les Grecs, l’infirmité n’est pas le fruit du hasard. Cette dernière est souvent considérée comme la preuve d’un châtiment des dieux, d’une malédiction. Malédiction qui, si elle n’est pas contrôlée, peut frapper toute la société et mettre en péril la cité. On peut repenser ici à Œdipe, responsable d’une maladie divine qui envahit Thèbes, la cité dont il est le roi. Pour la société grecque, un handicap indique que la personne concernée est un être humain incomplet et qu’elle est coupable de quelque chose. Le corps et la morale allant de pair, les infirmes sont considérés comme de mauvaises personnes aussi bien physiquement que psychologiquement. Ils constituent donc des dangers pour la société car ils bouleversent l’ordre social établi. Si les Grecs les laissent faire, à terme, les infirmes peuvent déséquilibrer l’ordre des choses, en répandant la malédiction divine. De plus il ne faut pas oublier que le culte du beau (kalokagathia[14]) corps est fortement répandu chez les Grecs. Par conséquent, dans une société où l’on fait l’éloge du corps jeune et vigoureux, il apparait évident que le handicap dérange en transgressant les normes sociales et politiques, souvent aristocratiques.

Du coup, les infirmes sont souvent exclus de la société à cause de la peur qu’ils véhiculent. Ils sont donc marginalisés et ne peuvent pas exercer certaines fonctions politiques (archontat, magistrature) et religieuses (prêtrise). En effet, les dirigeants des cités et les prêtres se doivent d’être des hommes irréprochables, intègres, s’inscrivant dans les canons de beauté et de moralité antique. Certains individus handicapés perdent même leur citoyenneté. En outre, certains infirmes sont exclus de leur propre oikos[15], voire se font bannir de leur cité pour éviter d’attirer la colère des dieux. L’intolérance vis à vis des personnes handicapées est donc répandue en Grèce antique. Et elle concerne toutes les couches de la population.

Ce rejet se manifeste souvent dès la naissance. En effet, l’exposition des nouveau-nés handicapés est une pratique qui existe dans de nombreuses cités. Il faut comprendre que pour la famille, un bébé malformé n’est qu’une source de problèmes : c’est un poids économique non négligeable, il fait honte à la famille et attire le déshonneur, et le garder revient à défier les dieux. L’abandonner permet donc de se débarrasser de ce poids moral, sociale, économique et religieux. L’exemple le plus spectaculaire d’une telle forme d’eugénisme revient à Sparte. Dans cette cité, les sages femmes examinent les nouveau-nés devant le conseil des Anciens, et ceux jugés indignes de vivre[16] sont précipités du haut d’une montagne[17]. Mis à part l’exemple spartiate, les autres expositions sont plus « classiques » et s’effectuent en abandonnant le bébé dans un endroit reculé (forêts, confins sauvages).

Des lueurs d’espoir notables ?

Toutefois, tous les individus infirmes ne subissent pas ce triste destin. Une minorité d’entre eux réussit à survivre et même à être acceptée par la société. Chez les Spartiates justement, Agésilas II fut un roi boiteux (de naissance si l’on suit la majorité des chercheurs, bien que la thèse de l’accident ne soit pas totalement écartée)[18]. Cependant, la cité retint de lui son courage et sa valeur. Par conséquent le handicap et la condition sociale qu’il impose peuvent être supplantés par la valeur propre des individus (comme nous l’avons vu dans la mythologie). Agésilas est parvenu à vaincre l’aspect négatif de son infirmité. Ainsi, il est possible que les Spartiates intègrent socialement des infirmes. Il en va de même pour Athènes, puisque Médon, premier archonte d’Athènes, avait un pied bot. Par conséquent, les personnes handicapées peuvent vivre à cette époque et être intégrées. Après tout, un bébé abandonné peut être recueilli par des passants par exemple. Et une famille peut décider de garder son nouveau-né et de répondre à ses besoins.

En outre, il ne faut pas oublier que l’infirmité peut avoir des causes différentes. Et ces causes affectent le rapport de la société envers le handicap. Le handicap natif est le plus mal perçu par la société car il indique une malédiction divine et donc justifie l’exclusion. Cependant, l’infirmité peut aussi être accidentelle ou la conséquence d’une maladie ou de la guerre. Dans ces cas-là, les individus concernés restent globalement acceptés (ou plutôt tolérés) par leurs semblables. Mieux, à Athènes, il existe une aide financière pour les infirmes. Ainsi, un conseil examine le handicap de ces personnes (pour éviter toute tromperie) et leur accorde une aide financière (deux oboles par jours)[19]. Ici, en plus d’être intégrés, les infirmes sont aidés par la cité. Cela suggère qu’ils sont acceptés par la population et les pouvoirs politiques. Donc le rapport avec le handicap varie fortement entre les cités. Enfin, il convient de s’attarder sur les blessures de guerre, qui peuvent être incapacitantes. Au contraire des autres sources de handicap, l’infirmité de guerre est acceptée positivement et même respectée par la population. En effet, elle signifie que cet individu à de nombreuses valeurs morales qui correspondent aux normes de la cité (courage, force, endurance).

Le handicap chez les Grecs : une situation globalement difficile mais contrastée.

Le handicap est mal-vu de manière générale chez les Grecs. Que ce soit dans la mythologie ou dans les faits réels, l’infirmité est interprétée comme une punition divine, qui menace l’ordre de la société et donc de la cité. Un individu infirme à une âme aussi mauvaise que son corps (et inversement), et est donc un danger pour l’ordre social. Pour combattre ce désordre, l’infanticide ou l’exposition existent mais ne sont pas automatiques. En outre, la marginalisation des personnes handicapées est réelle. Toutefois, il est possible de s’intégrer à la société pour ces derniers. Mais cela dépend d’une part de la nature du handicap, mais aussi de la cité et de sa famille, et également des qualités que l’individu peut mettre en avant pour triompher socialement de sa situation d’infirme. Il ne faut pas omettre le fait que certains individus handicapés exercent des métiers en fonction de leur aptitude (artisanat notamment). Enfin, le handicap peut avoir un caractère exceptionnel et positif dans la mythologie, en conférant un nouveau don. Ainsi, les discours témoignent d’un rapport ambigu avec le handicap chez les Grecs dans l’Antiquité.

Stéphane DA PONTE

Mots-clefs : Handicap – Corps – Malformations – Grèce – Mythologie – Loi.

Bibliographie :

– BOELDIEU-TREVET Jeannine, « Des nouveau-nés malformés et un roi boiteux : histoires Spartiates », Pallas, n° 106, 2018, p. 213-228.

– BONNARD Jean-Baptiste, « L’exposition des nouveau-nés handicapés dans le monde grec, entre réalités et mythes : un point sur la question », Pallas, n° 106, 2018, p. 229-240.

– CHARLIER Philippe, Les monstres humains dans l’Antiquité : analyse paléopathologique, Poitiers, Fayard, 2008.

– DELCOURT Marie, Héphaïstos ou la légende du magicien, Paris, société d’édition « Les Belles Lettres », 1957.

– GARLAND Robert, The Eye of the Beholder : Deformity and Disability in the Greco-Roman World, Londres, Cornell University Press, 1995.

– MEHL Véronique et BODIOU Lydie, Dictionnaire du corps dans l’Antiquité, Rennes, PUR, 2019.

-OTTO Walter Friedrich (et al.), Les dieux de la Grèce, la figure du divin au miroir de l’esprit grec, Paris, Payot, 1994.


[1] Selon le site Internet officiel des Nations Unies : https://www.un.org/development/desa/disabilities-fr/faits-et-chiffres-sur-le-handicap.html#

[2] Les États-Unis, première puissance mondiale, ne se dotent d’un interprète officiel en langue des signes que le 25 janvier 2021, suite à l’arrivée au pouvoir de Joe Biden (lui-même anciennement handicapé car souffrant d’un bégaiement à sa naissance, corrigé depuis).

[3] En France, il faut attendre le 11 février 2005, pour que la loi n°2005-102 instaure l’égalité des droits des individus handicapés :https://handicap.gouv.fr/vivre-avec-un-handicap/acceder-se-deplacer/article/loi-du-11-fevrier-2005

[4] À noter qu’il est difficile de savoir précisément en quoi consiste sa malformation car le vocabulaire grec varie à son sujet (chôlos, kullopodiôn, amphiguêeis), et sa définition nous est souvent imprécise (« estropié », « pieds tordus », « pieds tournés en dehors »).

[5] HOMERE, Iliade, chant I, vers 596-599.

[6] HOMERE, L’Odyssée, chant VIII, vers 305-320.

[7] NONNOS de Panopolis, Les Dionysiaques, chant VI, vers 12-14.

[8] DELCOURT Marie, Œdipe ou la légende du conquérant, Paris, Les Belles Lettres, 1981.

[9] HOMERE, Iliade, chant II, vers 216-219.

[10] APOLLODORE, La Bibliothèque, livre III, chapitre 16, 1.

[11] APOLLONIOS de Rhodes, Les Argonautiques, chant I, vers 202-205.

[12] APOLLODORE, La Bibliothèque, III, chapitre 6,7.

[13] HOMERE, L’Odyssée, chant VIII, vers 62-64.

[14] GHERCHANOC Florence, Concours de beauté et beautés du corps en Grèce ancienne : Discours et pratiques, Bordeaux, Ausonius éditions, 2016.

[15] Terme désignant le cercle familial restreint composé du père, de la mère et des enfants.

[16] Cet examen (qui existe dans d’autres cités) consiste en différentes manipulations du bébé : en le baignant dans du vin, on éprouve sa résistance et on détecte d’éventuelles tares physiques. Voir PLUTARQUE, Vie de Lycurgue, chapitre 16, 1-2.

[17] Précisons que cette version est remise en question par plusieurs spécialistes car seul Lycurgue nous indique ce type d’exposition (même si la culture contemporaine (films, jeux vidéo…) semble apprécier l’aspect spectaculaire de ces infanticides).

[18] BOELDIEU-TREVET Jeannine, « Des nouveau-nés malformés et un roi boiteux : histoires Spartiates », Pallas, n° 106, 2018, p. 213-228.

[19] ARISTOTE, Constitution des Athéniens, 49,7.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.